Promenade à Bagacum

Le musée archéologique de Bavay met en scène Romains et Barbares sous les traits de figurines LEGO. Une exposition ludique, qui nous interpelle sur les modes de représentations physiques (et stéréotypés) de l’Autre. On en retiendra la pilosité hors-norme du Gaulois, mais aussi la pratique romaine de l’exposition des vaincus. Véritable démonstration de force, cet acte très ritualisé participe à la création d’une histoire visuelle et remaniée des conquêtes de Rome.

Sonorités 1

Retour à la définition originelle. Les Grecs s’imposent au Ve siècle av. n. è. comme les inventeurs du mot « barbare ». Ils s’en servent pour parler des autres, de tous ceux qui ne parlent pas la langue grecque, y compris les Romains. Cette première définition semble, à première vue, dépourvue de toute appréciation négative. Cependant, la langue est métonymique d’une culture, et elle suggère à elle seule les différences physiques et comportementales entre 2 sphères culturelles.

Le monde d’après Pline l’Ancien

Pline l’Ancien est l’auteur d’une œuvre encyclopédique monumentale achevée à la fin du Ier siècle de n.è., l’Histoire Naturelle. Son exposé associe étroitement astrologie, géographie et ethnographie. Il propose en effet de diviser la Terre en trois grandes zones climatiques qui détermineraient, selon lui, les caractéristiques des populations. Implicitement, il nous explique ici les différences biologiques entre Romains et Barbares, et le rapport de force qui les caractérise.

Le portrait de Vercingétorix d’après César

Au Ier siècle av. n.è., Jules César mène l’armée romaine en Gaule, en Bretagne et en Germanie. Ses commentaires intitulés La Guerre des Gaules relatent cette campagne militaire qui l’oppose à un chef gaulois remarquable, Vercingétorix. Ce dernier apparaît au cours du récit comme l’unificateur de la Gaule, et donc comme un adversaire redoutable et légitime. C’est un portrait quasiment « romanisé » du personnage qui est ici dressé, sans toutefois nier totalement sa barbarie.

L’anthropophagie 3

Qu’est-ce qui n’a pas pu être inventé ? Cette question, tirée d’un manuel d’histoire de seconde, pourrait s’appliquer à nos précédents articles sur l’anthropophagie. Elle invite en effet à s’interroger sur la véracité des faits relatés, sur leur vraisemblance et sur les véritables objectifs de leurs auteurs. Sont à écarter par exemple les cas où le cannibalisme n’est qu’une solution de survie, les récits fantastiques ou encore les réquisitoires à l’encontre d’un groupe ou d’un individu.

Promenade à Ribemont-sur-Ancre

Le site de Ribemont-sur-Ancre permet de mettre en lumière les pratiques de la prise du crâne et du trophée chez les Gaulois via l’archéologie. À l’origine, il s’agit d’un trophée celte, c’est-à-dire l’amas rituel des dépouilles des vaincus offert aux divinités par les vainqueurs. Parmi ces restes plus ou moins organisés, aucun crâne. Tous ont été prélevés. Apparemment, textes romains et découvertes archéologiques se recoupent pour attester d’une même réalité historique.

La mémoire 3

Parmi tous les peuples barbares décrits par les Romains, une exception cependant est à noter : les Égyptiens. Ces derniers possèdent des archives écrites en quantité, garantes de l’ancienneté et donc de la grandeur de leur civilisation. Les récits se sont plus alors construits uniquement sur l’antagonisme Romain/Barbare. Les auteurs recherchent en effet les analogies, les points communs qui pourraient justifier l’intégration des Égyptiens au monde romain.

La mémoire 2

Chez les Barbares, le rapport au défunt est décrit comme tout à fait différent et déséquilibré. En effet, les pratiques funéraires ont pour objectif soit d’abîmer le corps à l’excès, soit de le conserver, là encore, à l’excès. La mort d’un proche apparaît même parfois comme un obstacle définitif à la vie sociale des individus. Enfin, dernière différence notable, les auteurs romains nous parlent de sociétés de l’oral où la tradition écrite brille par son absence.

La mémoire 1

Les ancêtres de la Rome républicaine ont un réel impact sur la communauté des vivants puisqu’ils incarnent un ensemble de valeurs et de modèles à imiter. La préservation de leur souvenir est donc au cœur des préoccupations. La mémoire romaine repose principalement sur des traces écrites et visuelles, comme par exemple les masques de cire ou les monuments funéraires. Ceux-ci sont pensés comme des remèdes permanents contre l’oubli, rappelant et commémorant les morts.

L’anthropophagie 2

L’anthropophagie apparaît pour les Romains comme un trait typiquement barbare et contraire à leurs valeurs. C’est pourquoi il provoque une réaction unanime chez eux, l’incrédulité, qui exprime de façon implicite leur réprobation. En effet, le cannibalisme est souvent associé à un meurtre ou à une forme d’acharnement sur le corps d’un défunt. La pratique est donc vivement décriée et proscrite du monde romain, monde qui symbolise l’humanité et la civilisation.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search