La mémoire 2

Chez les Barbares, le rapport au défunt est décrit comme tout à fait différent et déséquilibré. En effet, les pratiques funéraires ont pour objectif soit d’abîmer le corps à l’excès, soit de le conserver, là encore, à l’excès. La mort d’un proche apparaît même parfois comme un obstacle définitif à la vie sociale des individus. Enfin, dernière différence notable, les auteurs romains nous parlent de sociétés de l’oral où la tradition écrite brille par son absence.

La mémoire 1

Les ancêtres de la Rome républicaine ont un réel impact sur la communauté des vivants puisqu’ils incarnent un ensemble de valeurs et de modèles à imiter. La préservation de leur souvenir est donc au cœur des préoccupations. La mémoire romaine repose principalement sur des traces écrites et visuelles, comme par exemple les masques de cire ou les monuments funéraires. Ceux-ci sont pensés comme des remèdes permanents contre l’oubli, rappelant et commémorant les morts.

L’anthropophagie 2

L’anthropophagie apparaît pour les Romains comme un trait typiquement barbare et contraire à leurs valeurs. C’est pourquoi il provoque une réaction unanime chez eux, l’incrédulité, qui exprime de façon implicite leur réprobation. En effet, le cannibalisme est souvent associé à un meurtre ou à une forme d’acharnement sur le corps d’un défunt. La pratique est donc vivement décriée et proscrite du monde romain, monde qui symbolise l’humanité et la civilisation.

L’anthropophagie 1

L’anthropophagie est un thème récurrent des scènes de barbarie. Le terme et les témoignages d’origine grecque nourrissent profondément les récits romains. Ce sont effet les mêmes peuples qui sont concernés et les mêmes pratiques qui sont associées à celle du cannibalisme. Cependant, différence notable, les auteurs romains ne s’encombrent plus avec la précision des faits : la simple mention de l’anthropophagie suffit à suggérer la brutalité et la barbarie.

Introduction

La barbarologie est un terme emprunté à l’historien Yves-Albert Dauge qui désigne l’étude des populations barbares par les Romains. Cette étude est au cœur du système de pensée romain puisqu’elle est mise au service d’un discours identitaire et s’impose comme un véritable outil de cohésion sociale et de définition de l’Autre. C’est ainsi que la définition romaine du barbare est régulièrement remodelée en fonction du contexte historique ou politique dans lequel elle s’inscrit.