Point publications

Ce blog résulte de ma volonté de poursuivre la recherche en sciences sociales de manière indépendante, et d’en partager les résultats. Afin d’élargir mon public et de participer plus activement à cette activité de recherche, j’ai choisi de me tourner aussi vers d’autres médias tels que YouTube, ou encore vers des rencontres entre spécialistes dans le cadre de colloques ou de publications. J’ai pu apporter ma contribution à deux publications que je vous présente ci-dessous.

1. L’image du barbare dans La Guerre des Gaules de César

L’ouvrage : les actes du colloque des étudiants en sciences historiques et artistiques de l’Université de Lille

On l’oublie trop souvent – paradoxalement, les étudiants eux-mêmes –, mais le deuxième cycle universitaire dans le domaine des Sciences historiques et artistiques est, fondamentalement, celui dont l’objet est d’introduire le candidat à la recherche et à son monde.
Le présent volume découle d’un colloque qui s’inscrit pleinement dans cette optique, car il permet à des étudiants de master et, dans une moindre mesure, de troisième année de licence de se soumettre à une première expérience de communication dans une cadre scientifique formel (une pratique qui est encore rare en France).
Les contributions ont été sélectionnées par un comité scientifique formé d’enseignants-chercheurs et les articles qui en émanent ont aussi été soumis à la critique, via une relecture par le comité éditorial. Pour autant, celui-ci a fait le choix de respecter au maximum l’expression et la pensée de leurs auteurs qui sont, il faut le rappeler, des chercheurs en herbe.
En outre, le lecteur relèvera peut-être l’absence d’unité des diverses contributions ici réunies. Celle-ci a été délibérément voulue. L’idée n’était pas d’offrir un volume sur un thème cohérent, mais de rendre compte de la diversité et de la richesse des études en Sciences historiques et artistiques menées par les étudiants de Lille et d’ailleurs.

L’article :

La présente proposition de communication découle des recherches que j’ai effectuées dans le cadre de ma première année en master Mondes Anciens en 2015-2016. Au cours de ce travail je me suis appuyée sur le texte de Jules César, La Guerre des Gaules, afin d’approfondir la notion de l’identité barbare du point-de-vue romain. Il s’agissait, sous l’angle de l’approche anthropologique, de définir le rapport à autrui au travers d’une histoire nationale romaine. Cette analyse m’a conduite à aborder tout d’abord le lien étroit entre « nature et culture » qui s’exprime ici à travers la découverte d’un nouveau territoire, au-delà des provinces romaines : le barbaricum. Il est intéressant de souligner cet aspect car il s’agit de la première étape de l’expédition, un moment qui précède la rencontre avec les habitants eux-mêmes, et qui alimente déjà l’imaginaire romain. La figure barbare apparaît alors, à travers le prisme de la guerre, et alimentée par la transmission d’une mémoire du gaulois et du germain parfois faussée. Ennemi de Rome, étranger, vaincu, autant de termes définissent pour César les indigènes qu’il rencontre. Le mot barbarus n’apparaît pas systématiquement, nous invitant à nous questionner sur les différents degrés de barbarie, et donc par extension sur une possible proximité avec la civilisation romaine. Comment alors définir autrui autrement que par la fragile matérialité de son habit ? Quel langage convoquer pour décrire une réalité qui nous est étrangère ? C’est à travers cette difficulté réelle et ces ambiguïtés que César construit progressivement une histoire du barbare, tout en nous révélant ce qui fonde pour lui la spécificité du monde romain, et de tout ce qu’il a à offrir aux hommes non-romains et non-romanisés.

Pour lire l’article entier en ligne : ici

Pour se procurer l’ouvrage complet : ici

2. La description littéraire des nuits à Rome et dans le monde barbare

Night Studies : un ouvrage collectif sur la géographie de la nuit à travers les sciences humaines

Les pressions s’accentuent sur la nuit qui cristallise des enjeux économiques, politiques, environnementaux et sociaux fondamentaux. La société redéfinit en profondeur ses nycthémères. Progressivement les activités humaines se déploient vers la nuit et recomposent un nouvel espace de travail et de loisirs. S’émancipant des contraintes naturelles, nos métropoles s’animent sous l’influence de modes de vie de plus en plus désynchronisés, de la réduction du temps de travail ou des nouvelles technologies d’éclairage et de communication. Depuis une trentaine d’années, on assiste à une colonisation progressive de la nuit par les activités humaines. Conséquence de ces mouvements d’expansion au-delà de la limite du jour, la nuit s’est imposée dans l’actualité du jour pour le meilleur (fêtes, événements…) et pour le pire (violences urbaines, conflits, insécurité…).

Après les travaux pionniers de la fin des années 90, un nouveau champ de recherches, celui des “Night studies” émerge et se structure peu à peu associant notamment des historiens, des géographes, des urbanistes, des sociologues, des économistes, des anthropologues, des ethnologues, des philosophes, des biologistes, des spécialistes de la culture et de la communication, des politologues, des architectes, des artistes et des praticiens. Partout dans le monde, les colloques, séminaires, travaux de recherche, thèses et expositions sur la nuit se multiplient explorant souvent de manière interdisciplinaire les limites de la nuit urbaine, la colonisation, l’insécurité, la gouvernance, les politiques publiques, les aménagements, la qualité de vie, la cohabitation, les plans lumière, le paysage, les mobilités, les représentations, la cartographie, l’innovation, le marketing.

L’article :

La présente proposition de communication a pour objet d’étude la nuit d’après les sources romaines antiques sous l’angle de l’approche anthropologique. La vie nocturne de l’Vrbs est traditionnellement dépeinte à travers l’évocation de ses acteurs, des nuisances sonores ainsi que des précautions mises en place afin de contrôler, entretenir et promouvoir cette effervescence. Ces éléments témoignent du développement d’activités nocturnes, ou bien du prolongement d’activités diurnes la nuit, participant ainsi de l’image d’une énergie créatrice romaine ininterrompue. Il est intéressant de noter que chez certains auteurs, la nuit fait l’objet d’une reconstruction littéraire et d’une redéfinition lorsqu’elle entre en résonance avec le monde barbare. Ce phénomène permet d’entretenir un dualisme interrogeant artificialité des paysages, officialité des pratiques ainsi que les rythmes naturels et humains, et participe de la construction d’identités barbare et romaine originales.

Pour se procurer l’ouvrage complet : ici


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search