Le sacrifice humain 2

Le sacrifice humain apparaît comme une coutume barbare, elle est mentionnée notamment chez les Gaulois et les Germains jusqu’au Ier siècle ap. J.-C., tandis qu’elle est reléguée à des temps romains immémoriaux. Le sacrifice humain n’est donc pas complètement exclu de l’histoire romaine. Il est évoqué à plusieurs reprises, car cette pratique permet d’expliquer les sacrifices non sanglants et de renforcer la différence entre le monde barbare, et celui romain qui a su évoluer et s’extirper de son état originel de barbarie.

I – Expliquer les sacrifices réguliers non sanglants

« à l’origine donc les sacrifices offerts aux dieux se faisaient avec les récoltes. Mais avec le temps nous perdîmes le sens de la sainteté, d’autre part les récoltes devinrent insuffisantes. Depuis lors et jusqu’à ce jour il se pratique en Arcadie et à Carthage en l’honneur de Cronos, des sacrifices humains officiels auxquels tout le monde prend part. Mais il y a plus : à date régulière et en souvenir de l’ancien usage, des hommes arrosent les autels du sang de leur espèce. Dans la suite ces pratiques se modifièrent et, en remplacement de leurs propres corps, les hommes utilisèrent dans les sacrifices les corps des autres êtres vivants » (Porphyre, II, 27, 2).

D’après Porphyre, à l’origine, c’était une partie de la récolte qui était offerte en sacrifice aux dieux chaque année. Avec les mauvaises récoltes et pour éviter la pénurie alimentaire, les hommes durent trouver d’autres victimes à sacrifier, ni végétales ni animales : c’est le début des sacrifices humains. Enfin, certains peuples cessèrent plus tard cette pratique et remplacèrent les victimes humaines par des victimes animales, c’est le cas des Romains par exemple, mais toujours en préservant le rythme annuel ancestral.

On pense aujourd’hui au suouetaurilia, la forme la mieux connue à Rome où il porc, un mouton et un taureau sont égorgés dans le cadre d’un rite de purification (Caton, 141 ; Varron, II, 1, 10 ; Tite-Live. I, 44 ; Tacite Ann. VI, 37 ; Hist. IV, 53).

Le suouetaurilia de l’autel d’Ahenobarbus

La présence du sacrifice humain dans la mémoire collective romaine permet donc avant tout d’expliquer la mise en place de sacrifices non sanglants sur un rythme annuel.

II – L’abolition du sacrifice humain à Rome

« on dit aussi que les Anciens offraient à Cronos des sacrifices comme il s’en faisait à Carthage, chez les Celtes et quelques autres peuples occidentaux, je veux dire des sacrifices humains ; mais qu’Héraclès apprit aux indigènes à fabriquer à la place des hommes qu’ils jetaient pieds et poings liés dans le courant du Tibre des mannequins à figure humaines, habillés de la même façon qu’eux, les apparences de l’ancien supplice étant sauvegardées » (Denys d’Halicarnasse, I, 38, 2).

« c’est à ce jour aussi que les vestales ont l’habitude de jeter du haut du pont de chêne des effigies en jonc des hommes de jadis. Admettre qu’on mettait à mort les vieillards après 60 ans, c’est taxer de crime nos ancêtres. Hercule n’aurait jeté dans l’eau que des formes de pailles en guise de citoyens, à son exemple, on ne lance plus que des mannequins de substitution (falsa corpora) » (Ovide, Fastes, V, v.621-635).

Oui, le sacrifice humain est bien présent dans la mémoire romaine, mais il est relégué à un temps immémorial, presque mythologique, puisqu’il met en scène des personnages divins. Dans l’esprit romain, la pratique appartient donc à la légende plus qu’à un passé historique réel. Elle permet d’insister sur l’adoucissement du rituel et des mœurs romaines.

Ovide nous dit que c’est le roi légendaire Numa qui réussit à négocier auprès de Jupiter le remplacement des victimes humaines par des victimes animales ou bien des mannequins d’osiers appelés les argées. Il s’agit donc d’une demande explicite des Romains de ne plus être associés à ce type de pratiques barbares, en accord avec la volonté des dieux. Denys d’Halicarnasse, quant à lui, nous dit que c’est Hercule lui-même qui enseigne aux Romains ce nouveau type de sacrifice non sanglant. Ce qu’il faut en retenir : la capacité romaine d’évoluer, et ce en respectant les dieux, à l’inverse de peuples barbares aux pratiques dites impies.

Dans les histoires romaines depuis les origines, les auteurs ont à cœur de faire remonter l’abolition du sacrifice sanglant aux temps les plus reculés. Et pourtant il faut attendre le sénatusconsulte de 97 av. n.è. pour que le sacrifice humain soit officiellement aboli à Rome (Pline l’Ancien, XXVIII, 3).

III – Les derniers sacrifices humains à Rome

Tite-Live fait remonter le dernier sacrifice humain pratiqué à Rome à l’année 216 av. n.è., suite à la défaite de Canne lors de la Seconde Guerre Punique (XXII, 59, 2-6). Il nous raconte que deux couples, un de Grecs et un de Gaulois, sont enterrés vivants sur le forum boarium. Il s’agit cependant d’après l’auteur d’un cas exceptionnel (sacrificia extraordinaria) et impropre à la mentalité romaine (minime Romano sacro). Le sacrifice humain, même pratiqué par les Romains, apparaît toujours chez les Anciens comme une coutume étrangère et barbare. Il faut toutefois noter que l’assignation de ce lieu à cette pratique n’est pas exceptionnelle. En effet Plutarque en fait état aussi à propos des défaites militaires de 228 av. n.è. face aux Celtes transalpins (III, 3, 7). Aujourd’hui, on interprète cet acte comme une forme de condamnation du sol afin que les ennemis n’en deviennent pas maîtres. Il s’agit d’une mesure d’urgence toujours associée à la consultation des Livres Sibyllins et d’autres prodiges.

Cependant d’autres pratiques romaines ont pu être rapprochées de mises à mort rituelles. C’est le cas par exemple des Vestales n’ayant pas respecté leur vœu de chasteté (coupables d‘incestus) et qui sont condamnées à être ensevelies ou emmurées vivantes, ou encore des enfants hermaphrodites noyés en haute mer (Tite-Live, XXII, 57, 2 et XXVII, 37, 5-7). La mise à mort est toujours associé à certains éléments constants (les prodiges, la consultation des Livres Sibyllins, la menace ennemie imminente, la mise à mort d’un ou de plusieurs couples censés représenter l’ensemble de la société et son salut), et elle est justifiée par la mise en péril de l’ensemble de la société. Mais toujours dans ces témoignages, les termes de sacrifices (sacrificia) ou de cérémonies (sacra) sont absents. Le sacrifice humain, s’il est pratiqué à Rome, n’en porte pas le nom car il a été officiellement aboli dès les origines de la cité.

Sources

  • Caton, De l’agriculture
  • Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, Tome I, Introduction générale et livre I, éd. et trad. V. Fromentin, Paris, Les Belles Lettres, 1998.
  • Ovide, Les fastes, Tome II, Livres IV-VI, éd. et trad. P. Schilling, Paris, Les Belles Lettres, 1993.
  • Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre XXVIII, éd. et trad.. A. Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 1962.
  • Plutarque, Vie de Marcellus
  • Porphyre, De l’abstinence, Tome II, Livres II-III, éd. et trad. J. Bouffartigue et M. Patillon, Paris, Les Belles Lettres, 1979.
  • Tacite, Annales
  • Tacite, Histoires, Livres IV-V, éd. et trad. J. Hellegouarc’h, Paris, Les Belles Lettres, 1992.
  • Tite-Live, Histoire romaine
  • Varron, Économie rurale, Livre I, éd. et trad. J. Heurgon, Paris, Les Belles Lettres, 1978.

Bibliographie sélective

  • Fournis Jean-Yves, Le sacrifice humain dans la littérature latine, mythes, légendes, historicité, représentations, Paris, Université de la Sorbonne nouvelle – Paris III, 2012.
  • Ndiaye Saliou, « Minime Romano Sacro, à propos des sacrifices humains à Rome à l’Époque Républicaine », dans Dialogues d’histoire ancienne, 2000, volume 26, n°1, p. 119-128.
Pour citer cet article : Maëlle Le Bivic, "Le sacrifice humain 2," dans Barbarologie, 26/12/2020, https://barbarologie.hypotheses.org/1068.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search