Promenade au Musée Saint-Raymond

Le musée Saint-Raymond est le musée archéologique de Toulouse. Il s’est rendu célèbre pour sa collection impressionnante de portraits impériaux, entre autres ceux des célèbres Auguste et Marc-Aurèle. Cette promenade nous invite à une réflexion orientée « histoire de l’art » sur la portraiture romaine, et sur la question du réalisme dans ces portraits.

Aux origines de la portraiture romaine

On considère souvent qu’à l’origine de cette pratique artistique du portrait chez les Romains, il y a celle du masque de cire (imago). Nous l’avons déjà évoquée dans un article concernant la perpétuation de la mémoire à l’époque républicaine (ici). Il s’agissait, au sein des familles patriciennes, de préserver la mémoire des ancêtres les plus honorables de la famille afin de se souvenir de leurs qualités et de leurs vertus, et ainsi qu’ils servent de modèles de conduite pour les générations futures. Afin de préserver leur souvenir, un masque funéraire était réalisé en cire, et exposé dans une pièce spécifique de la maison (l’atrium), et dont les murs étaient recouverts de niches. Parfois, ces masques étaient même portés par des acteurs au cours de certaines cérémonies afin de rassembler la famille au grand complet. D’une certaine façon, préserver la mémoire physique de ces aïeuls, c’était comme leur conférer une forme d’immortalité et perpétuer leur vie au-delà de leur existence terrestre.

Seules les familles patriciennes avaient le privilège de pouvoir préserver et exhiber les images de leurs ancêtres. Leur arbre généalogique était le reflet de leur prestige et de leur honorabilité au sein de la société.

Concernant ces masques de cire, le réalisme des traits est indiscutable puisque le moulage est fait directement sur le visage du défunt. Parfois, le mimétisme est encore accentué par de la peinture ou encore des vrais cheveux. 

Cette tradition du portrait funéraire va se perpétuer et se diffuser au sein du monde romain, par exemple à travers la peinture. Les portraits du Fayoum qui recouvraient les sarcophages égyptiens à partir du Ier siècle av. n.è. en sont la preuve. Ils nous fournissent des indices précieux sur la mode, les coiffures et le maquillage de par leur précision et leur réalisme. Leur objectif est bien de préserver la mémoire physique et les traits des personnes défuntes. 

 

Portrait du Fayoum, Expo LEGO Briq’Antiques au Forum antique de Bavay

La question du portrait impérial

A partir de l’Empire, le portrait le plus important est le plus célèbre est celui de l’empereur lui-même. Un prototype officiel est réalisé à Rome d’après nature. Puis, s’engage un vaste processus de copies de ce portrait officiel à travers toutes les provinces de l’Empire. Ces copies, réalisées pour certaines dans des ateliers locaux, sont de qualité inégale mais l’objectif reste toujours le même : il s’agit d’un gage de loyauté et de respect envers la personne de l’empereur.

Ces copies sont exposées dans les lieux publics et symboliques du pouvoir, comme le forum qui concentre toutes les activités judiciaires, économiques, politiques et religieuses nécessaires au fonctionnement romain. Ce portrait est bien sûr symbolique, il rappelle le pouvoir omnipotent de l’empereur et sa main-mise sur tous les territoires de l’Empire, mais il a aussi une utilité pratique. Il permet à tous les habitants de l’Empire, même ceux des provinces les plus éloignées de la capitale, de connaître et de reconnaître le visage de leur dirigeant.

Alors, portrait réaliste ou idéalisé ? Outil de reconnaissance faciale ou bien outil de propagande ?

Tout d’abord, si la question du réalisme se pose pour le visage, ce n’est pas du tout le cas pour le reste du corps. Les postures et les habits sont symboliques du statut de l’individu, à tel point qu’un corps sculpté peut parfois accueillir les visages de plusieurs empereurs successifs dans un soucis d’économie de temps et de matériaux. On peut par exemple penser au portrait en toge (togatus) censé représenter le citoyen romain par excellence, le portrait voilé qui rappelle le statut de grand prêtre de l’empereur (pontifex maximus) ou encore la statue équestre ou cuirassée qui évoque ses conquêtes militaires victorieuses. 

Torse associé à un visage

Avec Auguste s’instaure le culte impérial et la divinisation des empereurs à leur mort, parfois même de leur vivant. Conformément à cette idéologie et à ce régime politique, les portraits des premiers empereurs sont clairement idéalisés. Ces portraits ne marquent ni la vieillesse ni la jeunesse, les défauts sont masqués, les rides du front par exemple symbolisent une profonde réflexion comme chez les philosophes. En fait ce qu’on cherche à diffuser, c’est l’image d’un dirigeant serein, stable et puissant. Le portrait de l’empereur est un outil politique hautement stratégique. 

Progressivement, les choses évoluent et le portrait devient de plus en plus réaliste. Un tournant est à noter avec les Antonins qui remettent au goût du jour la mode de la barbe. En effet, les portraits de cette époque deviennent les reflets de ces évolutions capillaires et pilaires, aussi bien chez les hommes de chez les femmes. 

Conclusion

Pour résumé, oui le portrait impérial est un vecteur de communication et peut même être considéré comme un outil de propagande au service du régime impérial, notamment à ses débuts. Oui il répond à des codes iconographiques préétablis, reprend des postures symboliques et cherche à donner l’image d’un personnage exemplaire et idéalisé.

Toutefois ces portraits nous font aussi part des effets de mode qui touchent différents empereurs et leur entourage, et on connaît finalement assez bien certains visages comme Vespasien, Trajan ou encore Marc-Aurèle.

Bibliographie sélective :

  • Baratte François, L’art romain, Paris, Ecole du Louvre, 1996.
  • Gaillard Jacques, Rome, le temps, les choses : essai, Arles, Actes sud, 1997.
  • Giardina Andréa (dir.), L’Homme romain, Paris, Seuil, 2002.
  • Laubry Nicolas, Les lieux funéraires dans la Rome ancienne : désignations et configurations (IIe s. av. n. è. – IIIe s. de n. è.) dans Lauwers Michel et Zemour Aurélie, Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la Préhistoire à nos jours, Actes des Rencontres, 13-15 octobre 2015, pp.75-93, 2016.
  • Maresca Sylvain, L’art en personne. Pour une histoire sociale du portrait – Introduction, 2019, hal-02281389.
  • Molinier Arbo Agnès, Sous le regard du Père : les imagines maiorum à Rome à l’époque classique dans Dialogues d’histoire ancienne, vol. 35, n°1, 2009. pp.

Sources :

  • Histoire Auguste, Tome V, Partie 1, Vies d’Aurélien, Tacite, éd. et trad. par F. Paschoud, Paris, Les Belles Lettres, 1996.
  • Cicéron, Caton l’Ancien (De la vieillesse), éd. et trad. P. Wuilleumier, Paris, Les Belles Lettres, 1940.
  • Cicéron, Des termes extrêmes des biens et des maux, Tome II, Livres III-V, éd. et trad. J. Martha, Paris, Les Belles Lettres, 1930.
  • Dion Cassius, Histoire romaine, éd. et trad. E. Gros, Paris, Firmin Didot Frères, 1845-1867.
  • Fronton, Lettre à Marc-Aurèle, IV, 12
  • Juvénal, Satires, éd. et trad. P. de Labriolle et F. Villeneuve, Paris, Les Belles Lettres, 1931.
  • Lucrèce, De la nature, Tome II, Livres IV-VI, éd. et trad. A. Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 2003.
  • Pétrone, Satyricon, éd. et trad. L. Tailhade et F. Desbordes, Paris, Flammarion, 2007.
  • Pline l’Ancien, Livre XXXV, éd. et trad. J.-M. Croisille, Paris, Les Belles Lettres, 1985.
  • Suétone, Vie des douze césars, éd. et trad. G. Flamerie de Lachapelle, Paris, Les Belles Lettres, 2016 [1931].
  • Vitruve, De l’architecture, Livre VI, éd. et trad. L. Callebat, Paris, Les Belles Lettres, 2004
Pour citer cet article : Maëlle Le Bivic, "Promenade au Musée Saint-Raymond," dans Barbarologie, 30/01/2021, https://barbarologie.hypotheses.org/1075.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search