La villa gallo-romaine de Montmaurin

La villa de Montmaurin, en activité du IIe au IVe siècle de n.è., est l’une des plus vastes villae gallo-romaines retrouvées à ce jour. Au total ce sont plus de 150 pièces, une aile thermale somptueuse, des jardins, une vaste cour d’entrée, des galeries, le tout avec vue sur la chaîne pyrénéenne … Bref, un véritable palais rural !

La villa, instrument de domination politique

La villa romaine se compose traditionnellement de 2 parties :

  • la pars urbana : la partie résidentielle luxueuse réservée au maître, le plus souvent il s’agit de la résidence secondaire d’un membre de l’élite urbaine.
  • la pars rustica : les bâtiments destinés à la production agricole. 

La villa se présente avant tout comme un système de production agricole, mais aussi comme un instrument de domination politique. En effet, le terme désigne une maison rurale bâtie en dur, par opposition aux constructions indigènes préexistantes et faites de matériaux périssables. La construction de villae est donc symbolique de la présence romaine dans les territoires conquis. A une autre échelle, elles sont aussi symboliques de la domination de maîtres urbains sur la campagne environnante. D’ailleurs, c’est sur ce même système de clientèles locales que s’instaurera par la suite celui de la féodalité.

Ce soucis en mise en valeur des quartiers du maître explique l’usage de matériaux et de techniques coûteux pour la partie résidentielle, par exemple les marbres, les verres à vitre ou encore le système de chauffage par le sol (hypocauste).

Pour expliquer l’hypocauste en quelques mots :

Il s’agit d’un système de chauffage par le sol. A l’extérieur du bâtiment est construit un foyer. C’est l’air chaud dégagé par celui-ci qui va se répandre sous les pièces chauffées car leur sol est « suspendu », rehaussé par des pilettes (colonnes de briques). On parle d’un hypocauste rayonnant quand la chaleur est répartie entre plusieurs pièces grâce à un système de canalisations (voir photos ci-dessous).

Villa de Montmaurin : hypocauste rayonnant

La villa, un modèle immuable ?

Les conquêtes militaires et l’extension du monde romain entraînent la construction systématique de certains bâtiments dans les territoires nouvellement conquis : temples, tribunaux, forum … Ce sont les bâtiments publics nécessaires au bon fonctionnement du système nouvellement imposé. Le modèle rural de la villa est, lui aussi, largement diffusé à travers le monde romain.

Même si on peut parler d’une reproduction à grande échelle de ces bâtiments romains, on peut toutefois observer des variantes architecturales selon les régions. Les architectes romains ne se contentent pas d’appliquer un modèle unique (celui de la capitale) à l’ensemble des territoires, ils s’adaptent aux spécificités propres à chaque localité.

Ainsi, en Gaule, comme ici à Montmaurin, les Romains se sont adaptés aux fermes préexistantes et ont opté pour une construction originale : contrairement aux villae romaines traditionnelles, très « ramassées » et refermées sur elles-mêmes, ils ont choisi de disperser les bâtiments autour d’une vaste cour centrale. Ainsi, lorsque le visiteur arrive, il traverse cette cour semi-circulaire qui lui ouvre la vue sur les quartiers du maître ainsi que la zone thermale, les espaces les plus impressionnants de par leur luxe. 

Dans cette même idée, l’usage de l’hypocauste est très fréquent en Gaule et en Bretagne, par rapport à l’Italie et l’Afrique par exemple. Il s’agit bien évidemment d’une adaptation au climat de ces provinces. 

Conclusion

En conclusion, le processus de romanisation des territoires passe par la systématisation du système architectural romain. Le modèle de base est bien sûr celui de la capitale. Cependant les Romains ont pris en compte les problématiques propres à chaque province, telles que le climat ou encore les constructions indigènes et antérieures à la conquête, ils ont su par exemple adapter la villa traditionnelle pour permettre sa diffusion à travers tout l’Empire. 

Sources :

  • Vitruve, De l’architecture.
Pour citer cet article : Maëlle Le Bivic, "La villa gallo-romaine de Montmaurin," dans Barbarologie, 27/02/2021, https://barbarologie.hypotheses.org/1122.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search