Le visage des Barbares : les cheveux blonds

Parmi toutes les caractéristiques morphologiques relevées par les Romains, les cheveux apparaissent rapidement comme étant un marqueur ethnique décisif (sans doute aussi important que la couleur des yeux). La couleur de cheveux qui est le plus souvent mentionnée, c’est le blond. En effet, la couleur brune se rapproche du physique méditerranéen, et les auteurs antiques privilégient les récits d’altérité à ceux d’analogie. Le poil blond devient emblématique du poil barbare.

Le blond des Germaines

Même constat que pour la couleur « glauque » qui définit les yeux bleus : il n’existe pas de terme spécifique pour évoquer le blond en latin. Les auteurs évoquent une couleur qui se confond clairement avec le roux, voire avec le rouge.

Et le poil blond apparait comme une caractéristique typique des peuples occidentaux/nordiques, notamment les Germains et les Bretons. Ainsi, lorsque Cléopâtre choisit ses esclaves pour être les plus « représentatifs » de leur peuple d’origine, elle achète des Libyens aux cheveux crépus et au teint « brûlé par le soleil », tandis que ses esclaves nordiques doivent avoir les cheveux d’un blond aussi ardent que celui des populations rhénanes (Lucain, La Pharsale, X, v. 129-132). La reine bretonne Boudicca arbore elle-même une chevelure d’un roux flamboyant (Dion Cassius, LXII, 2).

Tacite va encore plus loin et nous assure que le blond est un gène germain originel, qui a pu être préservé grâce à la pratique de l’endogamie :

« Personnellement, je rejoins l’opinion de ceux qui estiment que les peuples de la Germanie, parce que leur sang n’a jamais été souillé par des mariages mixtes avec d’autres races d’hommes, en constituent une spécifique, sans mélange et semblable à aucune autre. Il en résulte qu’ils ont tous le même air de famille […] : ils ont des yeux bleus plein d’agressivité, des cheveux roux, des corps d’une haute stature et vigoureux ».
(Tacite, Germanie, IV)

Même constat chez Sénèque qui généralise le blond à l’ensemble du peuple germain, et nous demande donc de ne pas en juger la beauté ou la laideur, puisqu’il s’agit d’une caractéristique ethnique et non d’une mise en beauté individuelle :

« Le teint noir n’est pas remarqué chez les Éthiopiens, ni chez les Germains une chevelure rousse et relevée en tresse. Chacun est suivant sa nature. Tu ne trouveras jamais étrange ou repoussant chez un homme ce qui est commun à toute sa nation. »
(Sénèque, De la colère, III, 26)

 

La mode du blond

Dans la mentalité romaine, être blond, c’est donc avoir des origines germaines, ou bien se déguiser en Germain. C’est ce qu’Hérodien reproche à l’empereur Caracalla, qui porte fièrement non seulement une perruque, mais aussi la caracalle, le vêtement traditionnel des Germains :

 « Souvent il a abandonné le vêtement romain pour prendre l’habit des Germains et on le voyait avec la casaque brodée d’argent qu’ils portent ordinairement. Il se mettait sur la tête des perruques blondes dont les cheveux étaient taillés à la manière des Germains ».
(Hérodien, Caracalla, IV, 7)

La mode impériale précède de peu celle de l’aristocratie, c’est pourquoi on trouve le même reproche dans la bouche de Tertullien concernant cette fois-ci les femmes romaines qui se décolorent les cheveux ou achètent des perruques et ressemblent ainsi à des Germaines et des Gauloises (Tertullien, II, 6).

En effet, le blond est une denrée rare et un marqueur d’exotisme. Les perruques sont confectionnées à partir des cheveux des femmes germaines, mais les temps de paix sont rares avec les Romains, et le commerce très irrégulier. La mode du blond est donc exclusivement réservée aux personnages les plus aisés à Rome, justement afin d’exhiber leur statut social et économique.

 

Le faux blond des Gaulois

 Vercingétorix jette ses armes aux pieds de Jules César, tableau de Lionel Royer, musée Crozatier du Puy en Velay, 1899.

Aujourd’hui, dans l’imaginaire collectif, le blond est moins associé au Germain qu’au Gaulois. On pense directement à la bande dessinée Astérix et Obélix où les principaux personnages sont justement blond et roux.

Pourtant, chez les Anciens, ce sont bien les Germains qui sont naturellement blonds. Les Gaulois, quant à eux, doivent se décolorer les cheveux à la chaux. Du moins c’est ce que nous assure Diodore de Sicile, qui compare sans ménagements le résultat à la crinière des satyres (Diodore de Sicile, V, 28, 2).

Mais alors, d’où vient cette image d’Epinal ? En réalité, le mythe du Gaulois blond, grand, pâle et bagarreur a été « inventé » par Amédée Thierry au XIXe siècle dans son œuvre, Histoire des Gaulois depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’entière soumission de la Gaule à la domination romaine. Cette œuvre connaît, dès sa sortie, un immense succès. Les Français, sensibles au mouvement du Romantisme, délaissent l’histoire antique de Rome et de la Grèce pour s’intéresser davantage aux « peuples primitifs ». La nouvelle histoire doit être celle de la Nation. On recherche donc ses prémices dans le peuple gaulois, et dans les grands hommes qui l’incarnent, comme Vercingétorix.  

Le XIXème siècle marque la création de plusieurs idées remarquables : celle d’un peuple Gaulois unifié, aux frontières sensiblement proches de celles de la France actuelle, et mené par un chef unique, Vercingétorix, incarnant la rébellion face au Romain conquérant, et le sacrifice pour sa patrie, et enfin, qu’il s’agirait ici de « nos ancêtres les Gaulois ».

 

Carte des Gaules, sensiblement proche de la carte de la France actuelle
Allgemeiner Historischer Handatlas (1886)

Conclusion

« Il [Caligula] sélectionna aussi tous les individus les plus grands (procerissimi) des Gaules qui étaient, selon ses propres termes, dignes d’un triomphe, ainsi que quelques personnages importants, les réserva pour son cortège et les contraignit non seulement à se teindre les cheveux en rouge et à les laisser pousser (rutilare et summiterre comam), mais aussi à apprendre le dialecte des Germains (sermo germanicus) et à porter des noms barbares (nomina barbarica ferre) ».
(Suétone, Caligula, XLVII)

Cet extrait de Suétone nous propose un didacticiel sur comment se faire passer pour un Germain, et donc par extension comment reconnaître un Germain. Les travestis jouent principalement de leur apparence physique en mettant en scène un ensemble d’éléments naturels et construits. Dans le premier cas on retiendra principalement la couleur de peau, la stature ou encore la pilosité. Concernant les éléments artificiels, ce seront les vêtements civils ainsi que les panoplies militaires. Toutes ces caractéristiques sont autant de traits qui, en plus de se rapporter à un individu bien précis, permettent de caractériser un peuple de façon globale. Les barbares sont en effet, ou du moins doivent être, dans la mentalité romaine, des représentants ethniques.

La plupart de leurs portraits sont donc articulés autour de préjugés physiques, plus que de détails réalistes ou physionomiques. Benjamin Isaac les définit comme des constructions théoriques permettant d’établir des groupes humains différenciés et hiérarchisés. Ce sont là d’après lui autant de preuves de l’existence d’un proto-racisme antique.

 

Sources

  • Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, Livre V, Livre des îles, éd. et trad. M. Casevitz, Paris, Les Belles Lettres, 2015.
  • Dion Cassius, Histoire romaine, éd. et trad. E. Gros, Paris, Firmin Didot Frères,  1845-1867.
  • Hérodien, Histoire des empereurs romains : de Marc-Aurèle à Gordien III (180 ap. J.-C. – 238 ap. J.-C.), éd. et trad. D.Roques, Paris, Les Belles Lettres, 1990.
  • Lucain, La guerre civile (La pharsale), Tome II, Livres VI-X, éd. et trad. A. Bourgery et M. Ponchont, Paris, Les Belles Lettres, 1929.
  • Sénèque, Traités, éd. par G. Rachet d’après la traduction E. Regnault (1844), Éditions Sand, Paris, 1997 [1994].
  • Suétone, Vie des douze césars, éd. et trad. G. Flamerie de Lachapelle, Paris, Les Belles Lettres, 2016 [1931].
  • Tacite, La Germanie, éd. et trad. P. Voisin, Paris, Arléa, 2011.
  • Tertullien, De l’ornement des femmes.

Bibliographie sélective

  • Brunaux Jean‑Louis, Les Gaulois, Paris, Les Belles Lettres, 2005.
  • Brunaux Jean‑Louis, Les Gaulois expliqués à ma fille, Paris, Éditions du Seuil, 2010.
  • Chauvot Alain, « Les barbares ont-ils un visage ? » dans Ktéma, n°34, 2009, p. 229-242.
  • Isaac Benjamin, The Invention of Racism in Classical Antiquity, Princeton and Oxford, Princeton University Press, 2004.
  • Rambaud Michel, L’art de la déformation historique dans les commentaires de César, Paris, Les Belles Lettres, 1966 [1953].
  • Snowden Frank M., Before color prejudice, The Ancient View of Blacks, Cambridge, London, Harvard University Press, 1997 [1983].
Pour citer cet article : Maëlle Le Bivic, "Le visage des Barbares : les cheveux blonds," dans Barbarologie, 29/05/2021, https://barbarologie.hypotheses.org/1200.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search