Peut-on parler de racisme avant l’invention des étiquettes ?

Sous ma vidéo intitulée « Le racisme existait-il à l’Antiquité ? », un commentaire posait une question très intéressante, méritant une réflexion et une réponse plus développées : « Mais peut-on vraiment parler de racisme avant l’invention des étiquettes ? »

I – Les bases d’un « protoracisme » antique

Cette question est délicate, à tel point qu’elle est sujette à débats au sein même de la communauté d’historiens et d’anthropologues de l’Antiquité. Benjamin Isaac, entre autres, parle avec conviction de l’existence d’une forme de protoracisme. Il appuie son discours notamment sur les théories environnementalistes gréco-romaines qui déterminent l’apparence et le caractère d’un individu en fonction de son environnement extérieur.

Les théories environnementalistes antiques, quelles sont-elles déjà ?

À partir du Ve siècle av. n.è. apparaît en Grèce l’idée que la surface de la Terre est divisée en plusieurs grandes zones climatiques : une ou plusieurs zones glaciales, zones arides, et zones tempérées.

La théorie des climats illustrée dans un manuscrit de Macrobe, Songe de Scipion, XIIe.

Cette idée accompagne celle que la nature influence le physique et le caractère des individus, mais aussi qu’elle conditionne la répartition humaine sur terre : les Indiens occupent le territoire aussi loin qu’ils peuvent en supporter l’extrême chaleur, et les Scythes occupent le septentrion sauf là où le froid les en empêche. De là, la rigueur du climat septentrional permettrait de produire des corps plus vigoureux, plus résistants, et donc de bons guerriers. Exposés au froid piquant et mordant, les Nordiques seraient beaucoup plus sanguins, les conduisant à de fréquentes rixes. Au contraire, les chaleurs oppressantes et asséchées des zones équatoriales écrasent les hommes qui deviennent plus lents, plus faibles et plus petits. Les Africains auraient même le teint brûlé par le soleil. Pomponius Méla, Vitruve, Lucain et Ovide se placent en héritiers de ces théories environnementalistes en rappelant cet antagonisme Nord/Sud. La place de Rome sur cette échelle climatique est forcément celle de la zone idéale, tempérée et équilibrée.

« Vous verrez libres les peuples les plus irascibles comme les Germains et les Scythes. […] Aussi, presque tout l’Empire a appartenu aux peuples des régions tempérées : chez eux qui habitent les glaces du Nord, le caractère est sauvage, comme dit le poète, semblable en tout à leur climat. »
Sénèque, De la colère, II, 15

Ce déterminisme est très poussé puisqu’il concerne non seulement l’apparence physique mais également le caractère des individus. Virgile va même jusqu’à affirmer que les sons émis et entendus par les habitants sont différents en fonction de leur région climatique : ainsi, les Nordiques auraient la voix plus rauque et plus grave que celle des Africains. Et effectivement, des études menées par Alfred Thomatis ont prouvé qu’un même son n’est pas entendu, et donc retranscrit phonétiquement de la même façon par différents peuples. En effet, le développement physionomique des organes de l’ouïe dépend de l’impédance de l’air variant d’un lieu à un autre (en fonction du climat, du relief géographique, du taux d’humidité, etc.). Chaque langue exploite donc un registre limité du spectre sonore et de l’éducation de l’écoute.

II – Une classification et une simplification à l’origine de stéréotypes

Cependant, le déterminisme tel qu’il est évoqué par les auteurs antiques est clairement excessif.

D’ailleurs, cette propension à la simplification et à la classification des populations a conduit à la constitution de plusieurs stéréotypes majeurs, dont le faciès noir, et celui du Germain.

Concernant le faciès noir, c’est chez les Grecs qu’il est devenu véritablement significatif. Les artisans ont dû élaborer des techniques de représentations originales sur les vases à fonds noirs puisque la couleur de peau ne suffisait plus à distinguer ces personnages des autres. Les Noirs ont donc acquis des traits distinctifs : un nez épaté, des cheveux crépus et des lèvres proéminentes. La plupart des sources romaines n’ont préservé que l’un de ces trois éléments en plus de la couleur de peau, il s’agit de la chevelure. En effet, sur la Colonne Trajane par exemple, on reconnaît aisément les cavaliers maures à leur chevelure assez courte et extrêmement frisée.

Concernant le Germain, il est indubitablement à mettre en relation avec le traité de Tacite sur la Germanie. En effet, c’est là qu’apparaît la notion de transmission par les gènes. Tacite pense que les caractéristiques ethniques citées précédemment ont été entièrement conditionnées par le climat, elles permettent donc de retracer les migrations de populations et de déterminer leur indigénat ou non. En effet plus un peuple est indigène, moins il a été mêlé à d’autres peuples et plus son sang et ses caractéristiques sont restées « purs » :

« Personnellement, je rejoins l’opinion de ceux qui estiment que les peuples de la Germanie, parce que leur sang n’a jamais été souillé par des mariages mixtes avec d’autres races d’hommes, en constituent une spécifique, sans mélange et semblable à aucune autre. Il en résulte qu’ils ont tous le même air de famille […] : ils ont des yeux bleus plein d’agressivité, des cheveux roux, des corps d’une haute stature et vigoureux ».
(Tacite, La Germanie, IV).

Il attribut donc une peau pâle, des yeux bleus et des cheveux blonds à l’ensemble du peuple germain, qu’il décrit comme étant un gène originel préservé grâce à la pratique de l’endogamie. On pourrait y reconnaître ici les prémices d’une théorie de la « race nordique » au XIXe siècle.

Ces stéréotypes sont questionnant car ils impliquent des notions associées aujourd’hui au racisme, telles que la couleur de peau et l’idée de génétique et donc de « races humaines ».

III – La définition contemporaine du racisme

Cependant, le racisme se définit aujourd’hui comme : l’ensemble des théories et des croyances qui établissement une hiérarchie entre les races, entre les ethnies ; et l’attitude d’hostilité et de mépris adoptées en face d’une ethnie différente et considérée comme inférieure.

Ici, clairement nous sommes confrontés dans les textes antiques à une classification et à une simplification abusives dans la description des ethnies. Mais ces portraits n’ont pas forcément vocation à constituer une hiérarchie dans laquelle le Romain serait le sommet de la pyramide. En effet, les caractéristiques propres aux différents peuples ne sont pas toujours vues à travers un prisme péjoratif, et, au contraire, certains sont même dotés de qualités. D’ailleurs, la différence d’ethnie ne vient jamais justifier les conquêtes militaires romaines.

D’après Pline l’Ancien : au Sud sont les Éthiopiens, sombres de peau et sages (sapientes) ; les Nordiques sont pâles, blonds et fiers (truces) ; et enfin les habitants des zones tempérées sont de taille et de couleur de peau intermédiaires, ils sont lucides et créatifs. Dans une idée similaire, à partir du Ier siècle av. n.è. on remarque une réelle prise d’indépendance vis-à-vis de ces théories. Strabon par exemple réfléchit à l’influence de la pratique et de l’entraînement sur le développement des capacités. En effet chacun peut devenir résistant et vigoureux s’il s’exerce à des activités sportives régulièrement comme le font les soldats. Ces capacités acquises par l’expérience viennent compléter celles innées. Ainsi le déterminisme rigide entre températures, corps et esprit est remis en cause assez rapidement.

Concernant le faciès noir, l’historien Frank M. Snowden s’appuie sur les nombreuses mentions par les poètes latins à des « beautés noires ». Couleur de peau et origine ethnique ne seraient donc pas un obstacle à la beauté ni à la perfection.

Certaines ethnies sont d’ailleurs très appréciées pour leurs spécificités, autant au sein de l’armée romaine que dans le choix d’esclaves de qualité.

« C’est un coureur de Gétulie qui vous présentera la coupe, ou la main osseuse et noire (nigra) d’un Maure qu’on ne voudrait pas rencontrer vers minuit quand on circule en voiture, le long des tombeaux, sur les pentes de la voie Latine. Devant Virron se tient un jeune esclave, la fleur de l’Asie, qui lui a coûté plus cher que tout le revenu du belliqueux Tullus et d’Ancus, bref, que tout le pauvre mobilier des rois de Rome. Dès lors, quand tu auras soif, tourne les yeux, toi, vers ton Ganymède gétule. Un garçon qui vaut tant de milliers de sesterces ne sait pas faire le mélange pour tes pauvres hères. Sa beauté, son âge justifient ses grands airs ».
(Juvénal, Satires, III, v. 51-61)
 

« Il décida donc de les [les Maures et les archers orientaux] opposer aux Germains, car, quand on constitue l’armée avec de telles troupes, cela les gène : en effet les Maures, qui lancent leurs javelots de loin, font preuve d’une grande agilité dans l’attaque comme dans la retraite ; quant aux archers, ils n’éprouvent aucune difficulté à atteindre, même de loin les Germains (ceux-ci ont la tête nue et des corps d’une haute stature), alors que, quand ces derniers courent au corps-à-corps, ils sont rudes et se montrent souvent égaux aux Romains ».
(Hérodien, Histoire des empereurs romains, VI, 7, 8)

Conclusion

En conclusion, non, il n’est pas possible de parler de racisme (au sens contemporain du terme) durant l’Antiquité grecque et romaine. Le postulat selon lequel les caractéristiques physiques et intellectuelles sont induites par le climat permet d’ouvrir le champ de la littérature, tout en fermant celui de la diversité et de l’évolution. En effet, le déterminisme environnemental permet aux auteurs antiques de décrire et d’évoquer des populations très lointaines, souvent méconnues voire totalement inconnues. Ces récits n’ont alors pas vocation à être réalistes puisqu’ils sont parfois même à la limite du fantastique avec l’apparition d’êtres hybrides ou de monstres. D’ailleurs, c’est là qu’il convient de bien distinguer les peuples réalistes de ceux fabuleux, qui manquent de la complexité et de la subtilité qui les rend crédibles.

Comme nous le rappelle Paul Veyne, il est inconcevable pour l’être humain de considérer le monde dans son intégralité, avec une froideur et un recul suffisants. L’intérêt du Romain, et au-delà de chaque société, se porte principalement sur ce qui l’entoure, le monde « connu » et habité : l’oikouménè, « l’horizon humaine au centre duquel chaque société s’estime placée ». Cette subjectivité de l’approche géographique induit différentes postures vis-à-vis des peuples mentionnés, et ce par rapport à leur éloignement d’avec Rome. Les terres barbares doivent être éloignées pour être véritablement hors du monde romain et de ses provinces, mais elles doivent tout de même rester assez proches pour pouvoir constituer une menace, c’est le cas de la Thrace par exemple.

« Plus loin il n’y a rien, le froid, les barbares, la mer prise par la glace. L’Empire s’arrête ici. » ; « Personne n’est plus loin de Rome ».
(Ovide, Tristes, V, 2).

Les peuples des finisterres, situés aux extrémités terrestres du monde, sont trop éloignés, ils apparaissent donc comme des peuples inoffensifs, et parés de très nombreuses qualités.

Même s’ils ne sont pas forcément associés à un jugement de valeur péjoratif, ces portraits-types basés sur la catégorisation des ethnies, ainsi que leur simplification, a pu servir par la suite de base à des recherches ou des traités sous-tendus par des théories racistes. Mais à l’époque de leur rédaction et de leur réception, impossible de parler de racisme. Cette interprétation résulte d’une vision contemporaine du monde.

Sources :

  • Hérodien, Histoire des empereurs romains, VI, 7, 8
  • Juvénal, Satires, III, v. 51-61
  • Lucain, La Pharsale, VIII, v. 363-366
  • Martial, Epigrammes, I, 115
  • Ovide, L’art d’aimer, II, v. 657-662 ; Héroïdes, XV, v. 35-38 ; Tristes, V, 2
  • Pomponius Méla, Chorographie, I, 2, 11
  • Salluste, Jugurtha, VI et VII
  • Sénèque, De la colère, II, 15
  • Strabon, Géographie, II, 3, 7
  • Tacite, Agricola, XI
  • Tacite, La Germanie, IV
  • Vitruve, De l’Architecture, VI, 1, 4
  • Virgile, Bucoliques, X, v. 37-39 ; II, v. 16-18

Bibliographie sélective :

  • Campbell Gordon Lindsay, Strange creatures, London, Duckworth, 2006
  • Giardina Andréa (dir.), L’Homme romain, Paris, Éditions du Seuil, 2002
  • Isaac Benjamin, The Invention of Racism in Classical Antiquity, Princeton and Oxford, Princeton University Press, 2004.
  • Ménard Hélène et Courrier Cyril (dir.), Miroir des autres, reflet de soi, Paris, M.Houdiard, 2012.
  • Snowden Frank M., Before color prejudice, The Ancient View of Blacks, Cambridge, London, Harvard University Press, 1997 [1983].

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search