La mémoire 1

Le philosophe Paul Ricoeur distingue deux types de mémoire :

  • la mnémé, une mémoire sensible, qui nous affecte sans qu’il y ait d’intervention extérieure,
  • l’anamésis ou le rappel, c’est-à-dire une forme de mémoire exercée et dirigée contre l’oubli.

Les auteurs antiques ne s’intéressent qu’à ce second type de mémoire car il est le seul à prendre une forme officielle et normée au sein des sociétés. Cette mémoire est transmise par un ensemble de lois et des rites de remémoration organisé par les autorités publiques.

Elle s’attache principalement à l’histoire collective à travers le souvenir des morts, ceux-ci ont en effet pu participer aux batailles victorieuses du clan, ou bien à son organisation à différentes échelles (chef de famille ou chef de clan).

I – Le « bon usage » des ancêtres

Les ancêtres occupent une place prépondérante dans la mémoire collective romaine. Ils témoignent bien évidemment de la destinée particulière d’individus, mais surtout ils perpétuent les valeurs de la collectivité. Il faut vivre selon le mode de vie et le système de valeurs ancestrales : le mos maiorum (les mœurs des anciens). Ce code de conduite, qui se base sur une tradition orale et non pas sur un texte de lois écrit, est articulé autour de plusieurs vertus :

  • fides (fidélité, loyauté)
  • pietas (piété, dévotion)
  • maiestas (dignité)
  • uirtus (vaillance)
  • grauitas (respect de la tradition)
  • constantia (stabilité)
  • frugalitas (modestie)

L’histoire romaine apparaît alors comme un catalogue de représentations héroïques modélisatrices qu’il faut tenter d’imiter au quotidien. Cicéron nous met cependant en garde. La remémoration du monde des morts doit être mise au service du monde des vivants. Elle doit servir de leçon, de lègue aux générations futures afin de maintenir l’harmonie et l’ordre dans le monde des vivants. Elle ne doit surtout pas leur faire oublier le présent :

« Moi-même, je connais non seulement ceux qui vivent, mais encore leurs pères et leurs aïeux, et, à la lecture des épitaphes, je ne crains pas, quoi qu’on le dise, de perdre la mémoire [d’oublier les vivants] » (Cicéron, Caton l’Ancien, VII, 21).

II – Une mémoire plurielle : écrite et visuelle

Cette mémoire des ancêtres se préserve à l’intérieur de la cellule familiale sur plusieurs générations par le biais d’objets physiques et de l’écriture, les deux étant pensés pour être complémentaires. Vitruve nous dit qu’à l’époque républicaine, le paterfamilias conservait précieusement les portraits de ses ancêtres (images maiorum) dans une pièce appelée l’atrium (Vitruve, VI, 5, 2). Ainsi, l’ensemble formait un véritable arbre généalogique composé des masques de cire des aïeuls illustres placés dans des niches individuelles. Parfois ces niches recouvraient tout le mur de la pièce (Juvénal, VIII, v. 19-20). Chaque imago était légendé par des tituli rappelant le nom du défunt et ses hauts faits. Au cours de certaines cérémonies, ces portraits pouvaient être portés et mis en scène dans un cortège funéraire. Ce rite, réservé aux hommes adultes de la nobilitas, a longtemps été analysé comme un outil de propagande : montrer au reste de la population les vertus associées à chaque grande famille romaine. Toutefois, le choix de recourir à des masques de cire, et non pas uniquement à des archives écrites ou encore à des peintures réalistes est révélateur. Ces portraits peuvent être portés et « animés » par des acteurs, ce qui rend leur réalité d’autant plus tangible, et confère au défunt une forme d’immortalité (immortales, Pline l’Ancien, XXXV, 2). Le masque initial, celui du premier ancêtre de la famille, était censé indiquer aux générations futures la marche à suivre. Les suivants témoignaient que les descendants s’étaient effectivement montrés à la hauteur. Tous ces aïeuls étaient physiquement associés à la maison, et, ensemble, ils veillaient sur le respect de leurs valeurs.

« La peinture des portraits, qui permettait de transmettre à travers les âges des représentations parfaitement ressemblantes, est complètement tombée en désuétude. […] Chez nos ancêtres : dans les atriums on exposait un genre d’effigies, destinées à être complétées : non pas des statues dues à des artistes étrangers ni des bronzes ou des marbres, mais des masques moulés en cire, qui étaient rangés chacun dans une niche : on avait ainsi des portraits pour faire cortège aux convois de famille et toujours, quand il mourait quelqu’un , était présente la foule entière des parents disparus. » (Pline l’Ancien, XXXV, 2)

Si le monde des vivants et celui des morts sont pensés de façon complémentaire à Rome, c’est donc bel et bien aussi le cas pour la mémoire physique et la mémoire écrite. Une autre preuve en est l’épitaphe. Le nom du défunt, placé en toute première position sur la pierre tombale, doit déclencher immédiatement les souvenirs et est censé constituer une arme contre l’oubli. Trimalcion demande ainsi à ce qu’un cadran solaire soit placé sur sa tombe afin que les passants qui souhaitent savoir l’heure lisent, malgré eux, son nom et se le rappellent :

« Au centre, une horloge : ainsi quiconque devra, bon gré mal gré, lire mon nom. » (Pétrone, 71).

Avec le sépulcre, le nom constitue la trace tangible de l’existence d’un individu et de son passage sur Terre. Les deux sont indissociables : le sépulcre désigne uniquement l’emplacement des restes du défunt, le monument permet d’identifier ce dernier et de le soustraire à l’anonymat.

« C’est un fait d’expérience que la vue des lieux nous invite à penser aux grands hommes » (Cicéron, Le bien et le mal, V, 3)

En plus du nom, l’épitaphe rappelle des éléments sur la vie du défunt, sur sa mort, mais aussi sur son physique puisque le surnom (cognomen) permet d’en retenir certains traits. On pense au célèbre cognomen de Cicero, en français pois chiche, qui lui viendrait d’un ancêtre affublé d’une verrue sur le nez.

Ces monuments funéraires sont évidemment conçus pour être visibles. Ils sont placés à des endroits stratégiques comme les carrefours, et cherchent à interpeller les passants par leur extravagance.

III – L’amnésie collective

Ainsi, aux yeux d’un Romain, l’affront suprême envers un défunt serait de le condamner à un sordide anonymat soit en le privant de son nom, soit de son portrait (imago). De toutes façons, naturellement, le temps effacera les traces de son passage.

Les lieux funéraires s’avèrent indissociables d’une cérémonie en bonne et due forme. Le verbe sepelire (qui a donné en français le sépulcre ou la sépulture) désigne l’ensevelissement, c’est-à-dire tout autant le lieu physique que le mode de traitement du corps. Ne pas offrir une cérémonie officielle est donc impensable. C’est pourquoi, Lucrèce, quand il nous raconte l’effroyable épidémie qui a touché Athènes, est choqué par les « cadavres gisant sans sépulture » (Lucrèce, VI, v. 1215). Selon lui, le nombre de morts est tel que les rites funéraires sont bâclés. Pour les plus chanceux les funérailles sont « sans cortège et désolées », quant aux autres, aucune cérémonie (Lucrèce, VI, v. 1225 et v. 1277-1280). Il nous dit encore que les survivants sont prêts à tout pour donner une sépulture décente à leurs proches, même à s’exposer aux cadavres contaminés et à battre entre eux :

« Et l’on en vit qui, sur des bûchers dressés pour d’autres, plaçaient à grands cris les corps de leurs proches, […] soutenant des luttes sanglantes plutôt que d’abandonner leurs cadavres » (Lucrèce, VI, v. 1283-1286).

Autre exemple, Germanicus, lorsqu’il retrouve en 15 de n.è. le lieu de la bataille de Teutobourg, s’empresse de faire enterrer les corps des soldats qui avaient été tués sous le commandement de Varus. Seule une exécution précise et respectueuse des rites peut permettre au défunt de rejoindre sans encombre le monde des morts et de le soustraire à l’oubli par un monument funéraire officiel (iustus).

D’autre part, la chasse du crâne acquiert à Rome une dimension très symbolique. Elle est attestée à de nombreuses reprises envers les criminels, les brigands, les ennemis de l’intérieur ou encore les adversaires politiques. On peut penser, entre autres, aux décapitations de Cicéron, Néron, Pompée et Maxence. La tête du roi parthe Décébale en est aussi un exemple remarquable. Le roi déchu s’étant suicidé, sa décapitation devient en quelque sorte sa deuxième mort, cette fois-ci de la main d’un Romain, Titus Claudius Maximus. Le trophée est rapporté au centre du pouvoir, dans un premier temps à l’état-major de l’empereur, puis à Rome où il est exposé aux Gémonies. Dion Cassius nous indique que son crâne servit de preuve irréfutable de sa mort à Rome, et fut peut-être exposé à la manière des prisonniers de guerre au cours du triomphe en 107 de n.è (Dion Cassius, LVIII, 14). La prise du crâne n’est alors pas perçue comme un acte de crudelitas ou de barbarie, mais bien comme une preuve de supériorité, une démonstration de force. Le défunt, qui a perdu définitivement son imago et donc son identité, n’est plus physiquement présent pour que les vivants se le rappellent. Il est donc condamné à l’oubli. Ainsi, les Romains qui ne se sont sont pas montrés à la hauteur de leurs ancêtres ne sont pas exposés dans l’atrium et leur masque est brisé (Juvénal, VIII, v.18).

La dernière et la plus célèbre forme de condamnation à l’oubli (damnatio memoriae) est une mesure officielle votée par le Sénat et qui consiste à effacer les « mauvais princes » qui ont régné sur les temps de malheurs à Rome. Geta, par exemple, est condamné par son propre frère Caracalla : son nom est alors rayé de tous les monuments, les pièces à son effigie sont fondues, ses statues martelées, ses portraits piquetés … (Dion Cassius, LXXVIII, 12).

Famille de Septime Sévère – Altes Museum – Berlin – Allemagne 2017
Relief de l’Arc de Septime Sévère – Rome
Relief de l’Arc de Septime Sévère – Rome

Conclusion

La mémoire romaine apparaît donc comme médiatisée, voire même manipulée. Seuls certains épisodes sont remémorés, d’autres sont au contraire oubliés, la décision revenant à une autorité supérieure qui décide pour l’ensemble de la société. À l’échelle de la famille, le paterfamilias assume ce rôle. Dans les grandes familles, il est le garant du bon respect des traditions et des vertus ancestrales qu’il expose lui-même dans sa demeure. À l’échelle de la Cité, l’État se veut le contrôleur de l’histoire collective, il peut provoquer l’effacement de certains événements ou individus qui n’ont pas contribué à cette histoire nationale.

L’ensemble de ces éléments permet l’élaboration d’une histoire visuelle de la famille, noyau élémentaire constitutif de l’histoire visuelle de Rome. L’ensemble des histoires individuelles sert de base à l’invention d’une histoire commune. Par exemple, on retrouve depuis la Rome Républicaine des manifestations d’exhibition pensées sur le modèle des processions funéraires. Cette fois-ci ce ne sont pas des représentations des défunts mais des nouvelles conquêtes, dans l’arène et au cours des triomphes. Les prisonniers exposés font l’objet d’une mise en scène, ils sont sélectionnés pour être les plus représentatifs de leur population et portent des pancartes indiquant leurs origines, tandis que les paysages sont incarnés par des tableaux ou encore des cartes.

À l’occasion du triomphe d’Aurélien on fit défiler des femmes goths qui s’étaient déguisées en hommes pour combattre, et portant une « pancarte indiquant qu’elles appartenaient à la race des Amazones » (Histoire Auguste, XXXIV, 1).

« Il [Caligula] sélectionna aussi tous les individus les plus grands des Gaules qui étaient, selon ses propres termes, dignes d’un triomphe, ainsi que quelques personnages importants, les réserva pour son cortège et les contraignit non seulement à se teindre les cheveux en rouge et à les laisser pousser , mais aussi à apprendre le dialecte des Germains et à porter des noms barbares » (Suétone, Caligula, XLVII).

Sources

  • Histoire Auguste, Tome V, Partie 1, Vies d’Aurélien, Tacite, éd. et trad. par F. Paschoud, Paris, Les Belles Lettres, 1996.
  • Cicéron, Caton l’Ancien (De la vieillesse), éd. et trad. P. Wuilleumier, Paris, Les Belles Lettres, 1940.
  • Cicéron, Des termes extrêmes des biens et des maux, Tome II, Livres III-V, éd. et trad. J. Martha, Paris, Les Belles Lettres, 1930.
  • Dion Cassius, Histoire romaine, éd. et trad. E. Gros, Paris, Firmin Didot Frères, 1845-1867.
  • Juvénal, Satires, éd. et trad. P. de Labriolle et F. Villeneuve, Paris, Les Belles Lettres, 1931.
  • Lucrèce, De la nature, Tome II, Livres IV-VI, éd. et trad. A. Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 2003.
  • Pétrone, Satyricon, éd. et trad. L. Tailhade et F. Desbordes, Paris, Flammarion, 2007.
  • Pline l’Ancien, Livre XXXV, éd. et trad. J.-M. Croisille, Paris, Les Belles Lettres, 1985.
  • Suétone, Vie des douze césars, éd. et trad. G. Flamerie de Lachapelle, Paris, Les Belles Lettres, 2016 [1931].
  • Vitruve, De l’architecture, Livre VI, éd. et trad. L. Callebat, Paris, Les Belles Lettres, 2004.

Bibliographie sélective

  • Brunaux Jean-Louis, Guerre et religion en Gaule : essai d’anthropologie celtique, Paris, Errance, 2004 [2003].
  • Gaillard Jacques, Rome, le temps, les choses : essai, Arles, Actes sud, 1997.
  • Giardina Andréa (dir.), L’Homme romain, Paris, Seuil, 2002.
  • Laubry Nicolas, Les lieux funéraires dans la Rome ancienne : désignations et configurations (IIe s. av. n. è. – IIIe s. de n. è.) dans Lauwers Michel et Zemour Aurélie, Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la Préhistoire à nos jours, Actes des Rencontres, 13-15 octobre 2015, pp.75-93, 2016.
  • Le Bohec Yann, Histoire des guerres romaines, Paris, Tallandier, 2017
  • Molinier Arbo Agnès, Sous le regard du Père : les imagines maiorum à Rome à l’époque classique dans Dialogues d’histoire ancienne, vol. 35, n°1, 2009. pp. 83-94.
  • Nicolet Claude, L’inventaire du monde, Paris, Fayard, 1988.
  • Ricoeur Paul, Histoire et vérité, Éditions du Seuil, Paris, 2001.
  • Valette-Cagnac Emmanuelle, La lecture à Rome : rites et pratiques, Paris, Belin, 1997 [1993].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.