Le portrait de Boudicca d’après Tacite

« Boudicca, montée sur un char avec ses filles devant elle, à mesure qu’elle arrivait devant chaque peuplade, attestait que, si les Bretons avaient coutume de combattre sous la conduite des femmes (femina), elle venait alors, non pas comme reine issue de nobles aïeux, réclamer son royaume et ses richesses, mais, comme une simple femme, venger sa liberté perdue, son corps accablé de coups, l’honneur de ses filles profané. Les Romains étaient emportés par leurs passions au point de ne pas laisser les corps, même dans la vieillesse ou la virginité (uirginitas), à l’abri des souillures. Mais les dieux secondaient une juste vengeance : elle avait succombé, la légion qui avait osé combattre ; le reste des ennemis se tenait caché dans son camp ou ne cherchait que la fuite ; incapables de supporter même le fracas et les cris (clamor et strepitus) de tant de milliers d’hommes, ils soutiendraient encore moins leur choc et leurs coups. Il fallait vaincre dans cette bataille ou y périr. Telle était sa résolution de femme ; les hommes pouvaient choisir la vie et la servitude ! (uiuerunt uiri et seruirent) » (Tacite, Annales, XIV, 35).

Introduction

Tacite est un historien et sénateur romain du Ier siècle de n. è. Il s’intéresse de près aux faits politiques et sociétaux qui marquent son temps, et son œuvre reflète ses propres réflexions sur la conquête impériale.

Il est l’auteur de La Germanie à une époque où Trajan fortifie la frontière rhénane. Cet ouvrage, qui se veut d’actualité, regorge de leçons morales destinées au lecteur romain. Entièrement consacré à la Germanie et aux Germains, chaque chapitre constitue une notice courte concernant un sujet précis (habitat, alimentation, éducation …) mettant en valeur les qualités originelles de ce peuple. Même constat dans La Vie d’Agricola. Cet éloge funèbre dédié au général Agricola, beau-père de Tacite, relate son expédition en Bretagne mais de nombreux chapitres sont dédiés à l’ethnographie et à la géographie du territoire. Tacite ne prend pas seulement en compte le point-de-vue des conquérants dans cette campagne militaire, mais aussi celui des conquis, afin de critiquer de façon sous-jacente la tyrannie de l’empereur Domitien.

L’œuvre de Tacite est donc souvent teintée d’un certain pessimisme vis-à-vis de son époque et de ses contemporains romains. Auteur influencé par le stoïcisme, Tacite leur reproche de s’être éloignés de leurs vertus originelles, celles qui faisaient leur force, ce qui l’inquiète sur l’avenir de l’Empire. Le passage des Annales qui nous intéresse ici n’échappe pas à cette règle. Cet ouvrage historique a pour but de relater les faits historiques qui ont marqué l’Empire romain de Tibère à Néron. Il s’agit ici de la révolte des Bretons, et plus précisément du peuple des Iceni, menée par la reine Boudicca. Tacite s’intéresse ici à une affaire extérieure, mais qui est prétexte, là encore, à l’étude des mœurs et des mentalités de ses concitoyens, ainsi qu’à une leçon morale et politique. En effet, le roi des Iceni Prasutagos avait légué son royaume à l’Empire en signe de bonne foi, mais à sa mort, les Romains trahissent leur parole : ils intègrent la Bretagne comme simple province romaine, battent de verges la reine veuve Boudicca et violent ses deux filles. Tacite se fait ici le porte-parole de Boudicca dans un réquisitoire à l’encontre de la corruption sévissant à Rome.

I – La noblesse de Boudicca

Les Bretons sont présentés comme un peuple divisé en plusieurs tribus. La Bretagne est, à l’image de la Gaule avant Vercingétorix, morcelée. Puis vient Boudicca, la reine de la tribu des Iceni, qui rallie l’ensemble des Bretons à elle. Son discours joue constamment sur la prétérition. Boudicca est dans son droit, elle le mentionne à plusieurs reprises pour finalement prouver qu’elle n’en use pas. En effet, elle rappelle tout d’abord sa légitimité et qu’elle est l’héritière du trône. Le roi est mort, et c’était son époux, et elle est elle-même issue d’une noble lignée. En d’autres termes, elle pourrait réclamer son titre de reine et son royaume. Des raisons plus que suffisantes pour prendre la tête de la Bretagne. Mais non, elle choisit plutôt de se présenter en tant que victime et mère. Elle accuse les Romains de brutaliser et de violer les femmes bretonnes, et exhibe ses propres filles comme preuves vivantes de leurs agissements.

Tacite nous présente ici une oratrice hors pair qui construit son discours comme un spectacle. Sur son char, Boudicca surplombe un auditoire très nombreux. Elle écarte d’entrée de jeu tous les concurrents potentiels en rappelant son statut : elle n’est pas une usurpatrice, son autorité est incontestable. Mais c’est plutôt sa cause qu’elle choisit de mettre en avant, car il s’agit d’une cause commune capable de souder les Bretons et de les mener à la guerre, et c’est là son objectif. En effet, en montrant ses filles bafouées et violentées, elle rappelle l’infamie des Romains qui ont trahi leur parole et qui s’en sont pris au peuple breton. C’est bien au nom de la liberté commune qu’elle parle. Elle ne souhaite pas se venger de ce qu’elle a elle-même subi, mais protéger les enfants qui incarnent l’avenir de la communauté bretonne. C’est donc sur une cause ô combien louable qu’elle appuie sa candidature au titre de reine, une candidature de toutes façons incontestable. Sa noblesse s’en retrouve encore renforcée, supérieure à celle de Vercingétorix qui se battait pour ses intérêts personnels.

Ce faisant, Tacite donne une justification à la révolte des Bretons, il affirme sans détours que leur cause était légitime. On notera que le choix du discours au style indirect libre interpelle le lecteur et l’amène inconsciemment à adhérer au discours de Boudicca. De plus, dans cet extrait, Tacite renverse délibérément les stéréotypes qui animent la dichotomie Romains / Barbares. Les Bretonnes sont présentées comme chastes et honorables (uirginitas). Au contraire, le champ lexical traditionnel de la barbarie est attribué aux Romains. Ils sont jugés ici par le regard sévère d’un lecteur lui-même romain : s’en prendre aux enfants d’une femme libre (femina), c’est s’en prendre à de futurs citoyens, et donc mettre en péril les fondements de la société.

Il convient de mettre cet extrait en parallèle avec La Germanie. En filigrane, on y retrouve la même critique sous-jacente des Romains et de leur comportement décadent et dépravé tandis que les peuples barbares sont vantés pour les qualités naturelles qu’ils ont su préserver (simplicité, chasteté, pureté originelles).

II – Une femme chef ?

D’après Tacite, les Bretons avaient coutume de prendre pour chefs (imperium) des femmes (femina). L’auteur insiste sur cette idée qui apparaît aussi dans son récit sur La vie d’Agricola.

« Sous la conduite de Boudicca, femme de sang royal (regii femina duce) (car, pour le commandement, ils ne font pas de différence entre les sexes), ils prirent tous les armes » (Tacite, Agricola, XVI, 1).

Dans cet extrait, Boudicca est effectivement présentée comme une chef de guerre, montée sur un char pour haranguer ses troupes avant la bataille. Pas comme une guerrière.

En effet, le rôle des femmes dans les sociétés occidentales antiques est à nuancer. Il est plus enviable que celui de leurs contemporaines grecques et romaines, mais reste limité et le domaine de la guerre est indéniablement celui des hommes. Dans les sociétés germaines et gauloises par exemple, les hommes, professionnels de la guerre, s’absentent parfois pour de longues périodes. La femme acquiert alors une véritable autonomie et un rôle économique comparable à celui des Françaises et des Anglaises pendant la Grande Guerre. La maîtresse de maison devient gérante du domaine familial, elle doit se montrer capable de faire fructifier le bien commun, et parfois même de participer aux tâches agricoles habituellement réservées à la gente masculine. Certains auteurs comme Strabon évoquent une inversion totale des rôles et de l’équilibre traditionnel entre les sexes. En fait, il s’agit plutôt de remplacer les hommes absents de façon temporaire. Pas de sociétés matriarcales donc, au mieux chez les Gaulois, les femmes sont l’égal des hommes sur le plan économique (César, VI, 19).

Un extrait de César (IV, 14) nous invite toutefois à nous interroger sur les vestiges d’un système matrilinéaire et sur la pratique de la polyandrie en Bretagne. En effet, il évoque les grandes fratries bretonnes composées d’une dizaine d’individus (sans compter les filles) mais qui sont en réalité des demi-frères. La femme a plusieurs partenaires mais la paternité n’est reconnue qu’à un seul homme, le premier partenaire de celle-ci. C’est bien le lien biologique maternel qui prime.

« Leurs femmes sont en commun entre dix ou douze, particulièrement entre frères et entre pères et fils ; mais les enfants qui naissent de cette promiscuité sont réputés appartenir à celui qui a été le premier époux » (César, Gaules, IV, 14).

Tacite ne fait que rarement mention à la présence de femmes sur le champs de bataille, ou alors leur rôle se limite au soutien des troupes (Annales, IV, 51 ; Histoires, IV, 18).

Les Bretons « traînaient aussi leurs femmes avec eux pour les rendre témoins de la victoire et les plaçaient sur des chariots, qu’ils avaient disposés à l’extrême bordure de la plaine » (Tacite, Annales, XIV, 34)

Par contre, un rôle éminemment religieux a pu être attribué aux femmes en Bretagne comme en Germanie. Les auteurs antiques mentionnent l’existence de prophétesses jusqu’au IIe siècle de n.è. et on attribue volontiers des capacités divinatoires aux femmes (César, I,50 ; Tacite, Histoires, IV, 61 et IV, 65 ; Germanie, VIII ; Pomponius Méla, III, 6, 48). On les consulte en tant que conseillères avant la prise de certaines décisions comme l’entrée en guerre. Cette pratique reste ponctuelle car réservée aux situations de crises, à l’exception de l’oracle Véléda qui exerçait ses fonctions de façon permanente dans une tour, à l’abri des regards. Ces mêmes femmes ont pu être présentes sur les champs de bataille, mais leur fonction n’a, là encore, jamais été militaire.

« Sur le rivage se dressait l’armée ennemie, dense en armes et en hommes, au milieu desquels couraient des femmes ; telles des Furies, en vêtements de deuil, les cheveux épars, elles brandissaient des torches, et des druides, tout autour, lançaient des prières sinistres en levant les mains vers le ciel ; l’étrangeté de ce spectacle bouleversa les soldats » (Tacite, Annales, XIV, 30).

Conclusion

On soulignera tout d’abord les similitudes entre ce portrait et celui de Vercingétorix dressé par César. Dans les deux cas, un barbare se démarque de ses confrères par sa noblesse et son éloquence et rallie à lui une armée afin de mener une révolte contre les Romains. Cependant, Boudicca ne peut prétendre au statut de reine que parce qu’elle était l’épouse du défunt roi. Ainsi, Le terme femina rappelle moins son sexe que son statut social de femme libre de très haut rang (de par ses aïeuls et son mariage).

Il faut attendre le IIIe siècle de n. è. et le début des « invasions barbares » pour voir une plus grande part donnée aux femmes au cours des conflits armés. Sur la colonne Trajane par exemple, des femmes daces torturent trois légionnaires romains avec des torches. Par rapport à Tacite, un cap est franchi. Effectivement, le contexte a évolué et les Romains ne sont plus confrontés à des bandes armées, majoritairement masculines, mais à des mouvements de populations entières, femmes et enfants compris. Les barbares migrent. L’image des femmes est alors mise au service d’un discours de la violence, preuve du durcissement des rapports avec les populations extérieures à l’empire.




Relief de la Colonne Trajane, scène 45, crédits photographiques : Conrad Cichorius, 1996-1900.

Sources

  • César, Guerre des Gaules, éd. et trad. L.-A. Constans, Paris, Les Belles Lettres, 1947.
  • Pomponius Méla, Chorographie, éd. et trad. A. Silberman, Paris, Les Belles Lettres, 1988.
  • Tacite, Annales, Tome IV, Livres XIII-XVI, éd. et trad. P. Wuilleumier, Paris, Les Belles Lettres, 1978
  • Tacite, Histoires, Livres IV-V, éd. et trad. J. Hellegouarc’h, Paris, Les Belles Lettres, 1992.
  • Tacite, La Germanie, éd. et trad. P. Voisin, Paris, Arléa, 2011.
  • Tacite, Vie d’Agricola, éd. et trad. E. de Saint-Denis, Paris, Les Belles Lettres, 2003

Bibliographie sélective

  • Boehringer Sandra et Sebillotte Cuchet Violaine, Hommes et femmes dans l’antiquité grecque et romaine, Paris, Armand Colin, 2011.
  • Brunaux Jean-Louis, Les Gaulois, vérités et légendes, Paris, Perrin, 2018.
  • Grimal Pierre, Rome et l’amour : des femmes, des jardins, de la sagesse, Paris, Laffont, 2007.
  • Scheid John et Huet Valérie (dir.), Autour de la Colonne Aurélienne : geste et image sur la Colonne de Marc-Aurèle, Turnhout, Brepols, 2000.
Pour citer cet article : Maëlle Le Bivic, "Le portrait de Boudicca d’après Tacite," dans Barbarologie, 29/04/2020, https://barbarologie.hypotheses.org/846.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search