Auteur : Maëlle Le Bivic

Peut-on parler de racisme avant l’invention des étiquettes ?

La question de l’existence d’une forme de racisme à l’Antiquité prend tout son sens quand on repense aux différentes théories environnementalistes grecques puis romaines, et qui déterminent l’apparence et le caractère d’un individu en fonction de son environnement extérieur. Ce déterminisme est très poussé, il n’est cependant pas rigide car il est rapidement remis en question, laissant apparaître l’idée d’une évolution par l’entraînement, et les peuples décrits sont parfois parés de nombreuses qualités.

Le visage des Barbares : les cheveux blonds

Parmi toutes les caractéristiques morphologiques relevées par les Romains, les cheveux apparaissent rapidement comme étant un marqueur ethnique décisif (sans doute aussi important que la couleur des yeux). La couleur de cheveux qui est le plus souvent mentionnée, c’est le blond, notamment le blond des Germaines … et pas celui des Gaulois !

Le sacrifice humain 3

Près d’une dizaine de sources antiques évoquent une pratique unique et surprenante : celle du sacrifice d’enfants chez les Carthaginois. Ces récits reprennent le topos bien connu du sacrifice humain chez les barbares, mais aussi celui de la punica fides, du portrait traditionnel du Carthaginois, fourbe et traître. Toutefois récits anciens et sources archéologiques corroborent étrangement et posent la question de la véracité de la pratique …

La villa gallo-romaine de Montmaurin

La villa de Montmaurin, en activité du IIe au IVe siècle de n.è., est l’une des plus vastes villae gallo-romaines retrouvées à ce jour. Au total ce sont plus de 150 pièces, une aile thermale somptueuse, des jardins, une vaste cour d’entrée, des galeries, le tout avec vue sur la chaîne pyrénéenne … Bref, un véritable palais rural !

Promenade au Musée Saint-Raymond

Le musée Saint-Raymond est le musée archéologique de Toulouse. Il s’est rendu célèbre pour sa collection impressionnante de portraits impériaux, entre autres ceux des célèbres Auguste et Marc-Aurèle. Cette promenade nous invite à une réflexion orientée « histoire de l’art » sur la portraiture romaine, et sur la question du réalisme dans ces portraits.

Le sacrifice humain 2

Chez les Romains, le sacrifice humain est un sujet tabou. D’après le discours officiel, cette pratique aurait été proscrite dès l’origine de l’Vrbs, et aussitôt remplacée par des formes moins violentes comme le sacrifice animal ou les offrandes de récoltes. On ressent ici clairement la volonté de se démarquer d’une pratique dite « barbare » et de montrer la capacité du peuple romain à évoluer en harmonie avec la volonté divine.

Point publications

Cet article a pour but de vous présenter les 2 dernières publications auxquelles j’ai participé. Le premier article s’intéresse à l’image du barbare dressée par Jules César dans la Guerre des Gaules. Le second article s’intéresse aux pratiques nocturnes au sein de la ville de Rome et à leur symbolique, notamment par rapport aux descriptions littéraires des « nuits barbares ».

Le sacrifice humain 1

Le sacrifice humain a une place de choix parmi toutes les scènes de barbarie décrites par les Grecs et les Romains. Concernant les populations gauloises, il est étroitement lié à d’autres pratiques comme l’anthropophagie, le trophée ou encore la prise du crâne. Les historiens et les archéologues s’interrogent : le sacrifice humain n’est-il qu’un topos littéraire, une façon de brutaliser le portrait des Gaulois à une époque où leur intégration dans le monde romain fait débat ?

Promenade au Musée de l’Homme

Le Musée de l’Homme met à l’honneur la diversité des sociétés humaines, questionnant leurs spécificités, leurs origines et leur devenir. Portrait d’un individu ou bien d’un peuple ? Portrait physique ou comportemental ? Cette visite nous invite à nous interroger sur la façon dont se construisent socialement les individus, et sur la façon dont ils matérialisent leur appartenance à une communauté plutôt qu’une autre. Une réflexion sur le rapport aux siens plutôt qu’à l’autre.

Le portrait de Boudicca d’après Tacite

La reine Boudicca apparaît définitivement comme l’incarnation du chef idéal, plus que comme une femme bretonne et barbare. Dès sa première apparition, elle déploie ses talents d’oratrice pour devenir une meneuse de troupes. Capable de fédérer un peuple autrement déchiré, elle confère à la révolte bretonne une légitimité. Femme trahie et bafouée par les soldats romains, elle va même jusqu’à remettre en question la dichotomie traditionnelle Romains/Barbares.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search