Étiqueté : anthropophagie

L’anthropophagie 3

Qu’est-ce qui n’a pas pu être inventé ? Cette question, tirée d’un manuel d’histoire de seconde, pourrait s’appliquer à nos précédents articles sur l’anthropophagie. Elle invite en effet à s’interroger sur la véracité des faits relatés, sur leur vraisemblance et sur les véritables objectifs de leurs auteurs. Sont à écarter par exemple les cas où le cannibalisme n’est qu’une solution de survie, les récits fantastiques ou encore les réquisitoires à l’encontre d’un groupe ou d’un individu.

L’anthropophagie 2

L’anthropophagie apparaît pour les Romains comme un trait typiquement barbare et contraire à leurs valeurs. C’est pourquoi il provoque une réaction unanime chez eux, l’incrédulité, qui exprime de façon implicite leur réprobation. En effet, le cannibalisme est souvent associé à un meurtre ou à une forme d’acharnement sur le corps d’un défunt. La pratique est donc vivement décriée et proscrite du monde romain, monde qui symbolise l’humanité et la civilisation.

L’anthropophagie 1

L’anthropophagie est un thème récurrent des scènes de barbarie. Le terme et les témoignages d’origine grecque nourrissent profondément les récits romains. Ce sont effet les mêmes peuples qui sont concernés et les mêmes pratiques qui sont associées à celle du cannibalisme. Cependant, différence notable, les auteurs romains ne s’encombrent plus avec la précision des faits : la simple mention de l’anthropophagie suffit à suggérer la brutalité et la barbarie.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search