Étiqueté : antique

Peut-on parler de racisme avant l’invention des étiquettes ?

La question de l’existence d’une forme de racisme à l’Antiquité prend tout son sens quand on repense aux différentes théories environnementalistes grecques puis romaines, et qui déterminent l’apparence et le caractère d’un individu en fonction de son environnement extérieur. Ce déterminisme est très poussé, il n’est cependant pas rigide car il est rapidement remis en question, laissant apparaître l’idée d’une évolution par l’entraînement, et les peuples décrits sont parfois parés de nombreuses qualités.

Le visage des Barbares : les cheveux blonds

Parmi toutes les caractéristiques morphologiques relevées par les Romains, les cheveux apparaissent rapidement comme étant un marqueur ethnique décisif (sans doute aussi important que la couleur des yeux). La couleur de cheveux qui est le plus souvent mentionnée, c’est le blond, notamment le blond des Germaines … et pas celui des Gaulois !

Le sacrifice humain 3

Près d’une dizaine de sources antiques évoquent une pratique unique et surprenante : celle du sacrifice d’enfants chez les Carthaginois. Ces récits reprennent le topos bien connu du sacrifice humain chez les barbares, mais aussi celui de la punica fides, du portrait traditionnel du Carthaginois, fourbe et traître. Toutefois récits anciens et sources archéologiques corroborent étrangement et posent la question de la véracité de la pratique …

La villa gallo-romaine de Montmaurin

La villa de Montmaurin, en activité du IIe au IVe siècle de n.è., est l’une des plus vastes villae gallo-romaines retrouvées à ce jour. Au total ce sont plus de 150 pièces, une aile thermale somptueuse, des jardins, une vaste cour d’entrée, des galeries, le tout avec vue sur la chaîne pyrénéenne … Bref, un véritable palais rural !

Promenade au Musée Saint-Raymond

Le musée Saint-Raymond est le musée archéologique de Toulouse. Il s’est rendu célèbre pour sa collection impressionnante de portraits impériaux, entre autres ceux des célèbres Auguste et Marc-Aurèle. Cette promenade nous invite à une réflexion orientée “histoire de l’art” sur la portraiture romaine, et sur la question du réalisme dans ces portraits.

Le sacrifice humain 2

Chez les Romains, le sacrifice humain est un sujet tabou. D’après le discours officiel, cette pratique aurait été proscrite dès l’origine de l’Vrbs, et aussitôt remplacée par des formes moins violentes comme le sacrifice animal ou les offrandes de récoltes. On ressent ici clairement la volonté de se démarquer d’une pratique dite « barbare » et de montrer la capacité du peuple romain à évoluer en harmonie avec la volonté divine.

Le sacrifice humain 1

Le sacrifice humain a une place de choix parmi toutes les scènes de barbarie décrites par les Grecs et les Romains. Concernant les populations gauloises, il est étroitement lié à d’autres pratiques comme l’anthropophagie, le trophée ou encore la prise du crâne. Les historiens et les archéologues s’interrogent : le sacrifice humain n’est-il qu’un topos littéraire, une façon de brutaliser le portrait des Gaulois à une époque où leur intégration dans le monde romain fait débat ?

Sonorités 2

Les auteurs romains divisent le monde en plusieurs univers sonores. L’harmonie propre au monde barbare est présentée comme une véritable cacophonie, un tapage constant composé de bruits rauques, rudes et graves, de rugissements, de grondements et de mugissements. L’ensemble de ces sonorités suggère un monde du chaos et de la désorganisation où se mêlent encore les cris des guerriers aux hurlements des femmes, en bref, une scène auditive effroyable.

L’anthropophagie 2

L’anthropophagie apparaît pour les Romains comme un trait typiquement barbare et contraire à leurs valeurs. C’est pourquoi il provoque une réaction unanime chez eux, l’incrédulité, qui exprime de façon implicite leur réprobation. En effet, le cannibalisme est souvent associé à un meurtre ou à une forme d’acharnement sur le corps d’un défunt. La pratique est donc vivement décriée et proscrite du monde romain, monde qui symbolise l’humanité et la civilisation.

Introduction

La barbarologie est un terme emprunté à l’historien Yves-Albert Dauge qui désigne l’étude des populations barbares par les Romains. Cette étude est au cœur du système de pensée romain puisqu’elle est mise au service d’un discours identitaire et s’impose comme un véritable outil de cohésion sociale et de définition de l’Autre. C’est ainsi que la définition romaine du barbare est régulièrement remodelée en fonction du contexte historique ou politique dans lequel elle s’inscrit.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search