Étiqueté : Barbare

Le visage des Barbares : les cheveux blonds

Parmi toutes les caractéristiques morphologiques relevées par les Romains, les cheveux apparaissent rapidement comme étant un marqueur ethnique décisif (sans doute aussi important que la couleur des yeux). La couleur de cheveux qui est le plus souvent mentionnée, c’est le blond, notamment le blond des Germaines … et pas celui des Gaulois !

Point publications

Cet article a pour but de vous présenter les 2 dernières publications auxquelles j’ai participé. Le premier article s’intéresse à l’image du barbare dressée par Jules César dans la Guerre des Gaules. Le second article s’intéresse aux pratiques nocturnes au sein de la ville de Rome et à leur symbolique, notamment par rapport aux descriptions littéraires des « nuits barbares ».

Le sacrifice humain 1

Le sacrifice humain a une place de choix parmi toutes les scènes de barbarie décrites par les Grecs et les Romains. Concernant les populations gauloises, il est étroitement lié à d’autres pratiques comme l’anthropophagie, le trophée ou encore la prise du crâne. Les historiens et les archéologues s’interrogent : le sacrifice humain n’est-il qu’un topos littéraire, une façon de brutaliser le portrait des Gaulois à une époque où leur intégration dans le monde romain fait débat ?

Le portrait de Boudicca d’après Tacite

La reine Boudicca apparaît définitivement comme l’incarnation du chef idéal, plus que comme une femme bretonne et barbare. Dès sa première apparition, elle déploie ses talents d’oratrice pour devenir une meneuse de troupes. Capable de fédérer un peuple autrement déchiré, elle confère à la révolte bretonne une légitimité. Femme trahie et bafouée par les soldats romains, elle va même jusqu’à remettre en question la dichotomie traditionnelle Romains/Barbares.

Sonorités 2

Les auteurs romains divisent le monde en plusieurs univers sonores. L’harmonie propre au monde barbare est présentée comme une véritable cacophonie, un tapage constant composé de bruits rauques, rudes et graves, de rugissements, de grondements et de mugissements. L’ensemble de ces sonorités suggère un monde du chaos et de la désorganisation où se mêlent encore les cris des guerriers aux hurlements des femmes, en bref, une scène auditive effroyable.

Promenade à Bagacum

Le musée archéologique de Bavay met en scène Romains et Barbares sous les traits de figurines LEGO. Une exposition ludique, qui nous interpelle sur les modes de représentations physiques (et stéréotypés) de l’Autre. On en retiendra la pilosité hors-norme du Gaulois, mais aussi la pratique romaine de l’exposition des vaincus. Véritable démonstration de force, cet acte très ritualisé participe à la création d’une histoire visuelle et remaniée des conquêtes de Rome.

Sonorités 1

Retour à la définition originelle. Les Grecs s’imposent au Ve siècle av. n. è. comme les inventeurs du mot “barbare”. Ils s’en servent pour parler des autres, de tous ceux qui ne parlent pas la langue grecque, y compris les Romains. Cette première définition semble, à première vue, dépourvue de toute appréciation négative. Cependant, la langue est métonymique d’une culture, et elle suggère à elle seule les différences physiques et comportementales entre 2 sphères culturelles.

La mémoire 2

Chez les Barbares, le rapport au défunt est décrit comme tout à fait différent et déséquilibré. En effet, les pratiques funéraires ont pour objectif soit d’abîmer le corps à l’excès, soit de le conserver, là encore, à l’excès. La mort d’un proche apparaît même parfois comme un obstacle définitif à la vie sociale des individus. Enfin, dernière différence notable, les auteurs romains nous parlent de sociétés de l’oral où la tradition écrite brille par son absence.

L’anthropophagie 2

L’anthropophagie apparaît pour les Romains comme un trait typiquement barbare et contraire à leurs valeurs. C’est pourquoi il provoque une réaction unanime chez eux, l’incrédulité, qui exprime de façon implicite leur réprobation. En effet, le cannibalisme est souvent associé à un meurtre ou à une forme d’acharnement sur le corps d’un défunt. La pratique est donc vivement décriée et proscrite du monde romain, monde qui symbolise l’humanité et la civilisation.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search