Étiqueté : barbarie

Point publications

Cet article a pour but de vous présenter les 2 dernières publications auxquelles j’ai participé. Le premier article s’intéresse à l’image du barbare dressée par Jules César dans la Guerre des Gaules. Le second article s’intéresse aux pratiques nocturnes au sein de la ville de Rome et à leur symbolique, notamment par rapport aux descriptions littéraires des « nuits barbares ».

Le sacrifice humain 1

Le sacrifice humain a une place de choix parmi toutes les scènes de barbarie décrites par les Grecs et les Romains. Concernant les populations gauloises, il est étroitement lié à d’autres pratiques comme l’anthropophagie, le trophée ou encore la prise du crâne. Les historiens et les archéologues s’interrogent : le sacrifice humain n’est-il qu’un topos littéraire, une façon de brutaliser le portrait des Gaulois à une époque où leur intégration dans le monde romain fait débat ?

Sonorités 2

Les auteurs romains divisent le monde en plusieurs univers sonores. L’harmonie propre au monde barbare est présentée comme une véritable cacophonie, un tapage constant composé de bruits rauques, rudes et graves, de rugissements, de grondements et de mugissements. L’ensemble de ces sonorités suggère un monde du chaos et de la désorganisation où se mêlent encore les cris des guerriers aux hurlements des femmes, en bref, une scène auditive effroyable.

Sonorités 1

Retour à la définition originelle. Les Grecs s’imposent au Ve siècle av. n. è. comme les inventeurs du mot “barbare”. Ils s’en servent pour parler des autres, de tous ceux qui ne parlent pas la langue grecque, y compris les Romains. Cette première définition semble, à première vue, dépourvue de toute appréciation négative. Cependant, la langue est métonymique d’une culture, et elle suggère à elle seule les différences physiques et comportementales entre 2 sphères culturelles.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search