Étiqueté : Gaule

Point publications

Cet article a pour but de vous présenter les 2 dernières publications auxquelles j’ai participé. Le premier article s’intéresse à l’image du barbare dressée par Jules César dans la Guerre des Gaules. Le second article s’intéresse aux pratiques nocturnes au sein de la ville de Rome et à leur symbolique, notamment par rapport aux descriptions littéraires des « nuits barbares ».

Le sacrifice humain 1

Le sacrifice humain a une place de choix parmi toutes les scènes de barbarie décrites par les Grecs et les Romains. Concernant les populations gauloises, il est étroitement lié à d’autres pratiques comme l’anthropophagie, le trophée ou encore la prise du crâne. Les historiens et les archéologues s’interrogent : le sacrifice humain n’est-il qu’un topos littéraire, une façon de brutaliser le portrait des Gaulois à une époque où leur intégration dans le monde romain fait débat ?

Le portrait de Vercingétorix d’après César

Au Ier siècle av. n.è., Jules César mène l’armée romaine en Gaule, en Bretagne et en Germanie. Ses commentaires intitulés La Guerre des Gaules relatent cette campagne militaire qui l’oppose à un chef gaulois remarquable, Vercingétorix. Ce dernier apparaît au cours du récit comme l’unificateur de la Gaule, et donc comme un adversaire redoutable et légitime. C’est un portrait quasiment « romanisé » du personnage qui est ici dressé, sans toutefois nier totalement sa barbarie.

La mémoire 2

Chez les Barbares, le rapport au défunt est décrit comme tout à fait différent et déséquilibré. En effet, les pratiques funéraires ont pour objectif soit d’abîmer le corps à l’excès, soit de le conserver, là encore, à l’excès. La mort d’un proche apparaît même parfois comme un obstacle définitif à la vie sociale des individus. Enfin, dernière différence notable, les auteurs romains nous parlent de sociétés de l’oral où la tradition écrite brille par son absence.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search