Étiqueté : Gaulois

Le visage des Barbares : les cheveux blonds

Parmi toutes les caractéristiques morphologiques relevées par les Romains, les cheveux apparaissent rapidement comme étant un marqueur ethnique décisif (sans doute aussi important que la couleur des yeux). La couleur de cheveux qui est le plus souvent mentionnée, c’est le blond, notamment le blond des Germaines … et pas celui des Gaulois !

La villa gallo-romaine de Montmaurin

La villa de Montmaurin, en activité du IIe au IVe siècle de n.è., est l’une des plus vastes villae gallo-romaines retrouvées à ce jour. Au total ce sont plus de 150 pièces, une aile thermale somptueuse, des jardins, une vaste cour d’entrée, des galeries, le tout avec vue sur la chaîne pyrénéenne … Bref, un véritable palais rural !

Point publications

Cet article a pour but de vous présenter les 2 dernières publications auxquelles j’ai participé. Le premier article s’intéresse à l’image du barbare dressée par Jules César dans la Guerre des Gaules. Le second article s’intéresse aux pratiques nocturnes au sein de la ville de Rome et à leur symbolique, notamment par rapport aux descriptions littéraires des « nuits barbares ».

Le sacrifice humain 1

Le sacrifice humain a une place de choix parmi toutes les scènes de barbarie décrites par les Grecs et les Romains. Concernant les populations gauloises, il est étroitement lié à d’autres pratiques comme l’anthropophagie, le trophée ou encore la prise du crâne. Les historiens et les archéologues s’interrogent : le sacrifice humain n’est-il qu’un topos littéraire, une façon de brutaliser le portrait des Gaulois à une époque où leur intégration dans le monde romain fait débat ?

Promenade à Bagacum

Le musée archéologique de Bavay met en scène Romains et Barbares sous les traits de figurines LEGO. Une exposition ludique, qui nous interpelle sur les modes de représentations physiques (et stéréotypés) de l’Autre. On en retiendra la pilosité hors-norme du Gaulois, mais aussi la pratique romaine de l’exposition des vaincus. Véritable démonstration de force, cet acte très ritualisé participe à la création d’une histoire visuelle et remaniée des conquêtes de Rome.

Le portrait de Vercingétorix d’après César

Au Ier siècle av. n.è., Jules César mène l’armée romaine en Gaule, en Bretagne et en Germanie. Ses commentaires intitulés La Guerre des Gaules relatent cette campagne militaire qui l’oppose à un chef gaulois remarquable, Vercingétorix. Ce dernier apparaît au cours du récit comme l’unificateur de la Gaule, et donc comme un adversaire redoutable et légitime. C’est un portrait quasiment « romanisé » du personnage qui est ici dressé, sans toutefois nier totalement sa barbarie.

Promenade à Ribemont-sur-Ancre

Le site de Ribemont-sur-Ancre permet de mettre en lumière les pratiques de la prise du crâne et du trophée chez les Gaulois via l’archéologie. À l’origine, il s’agit d’un trophée celte, c’est-à-dire l’amas rituel des dépouilles des vaincus offert aux divinités par les vainqueurs. Parmi ces restes plus ou moins organisés, aucun crâne. Tous ont été prélevés. Apparemment, textes romains et découvertes archéologiques se recoupent pour attester d’une même réalité historique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search