Étiqueté : mémoire

La mémoire 3

Parmi tous les peuples barbares décrits par les Romains, une exception cependant est à noter : les Égyptiens. Ces derniers possèdent des archives écrites en quantité, garantes de l’ancienneté et donc de la grandeur de leur civilisation. Les récits se sont plus alors construits uniquement sur l’antagonisme Romain/Barbare. Les auteurs recherchent en effet les analogies, les points communs qui pourraient justifier l’intégration des Égyptiens au monde romain.

La mémoire 2

Chez les Barbares, le rapport au défunt est décrit comme tout à fait différent et déséquilibré. En effet, les pratiques funéraires ont pour objectif soit d’abîmer le corps à l’excès, soit de le conserver, là encore, à l’excès. La mort d’un proche apparaît même parfois comme un obstacle définitif à la vie sociale des individus. Enfin, dernière différence notable, les auteurs romains nous parlent de sociétés de l’oral où la tradition écrite brille par son absence.

La mémoire 1

Les ancêtres de la Rome républicaine ont un réel impact sur la communauté des vivants puisqu’ils incarnent un ensemble de valeurs et de modèles à imiter. La préservation de leur souvenir est donc au cœur des préoccupations. La mémoire romaine repose principalement sur des traces écrites et visuelles, comme par exemple les masques de cire ou les monuments funéraires. Ceux-ci sont pensés comme des remèdes permanents contre l’oubli, rappelant et commémorant les morts.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search