Étiqueté : rite

Le sacrifice humain 3

Près d’une dizaine de sources antiques évoquent une pratique unique et surprenante : celle du sacrifice d’enfants chez les Carthaginois. Ces récits reprennent le topos bien connu du sacrifice humain chez les barbares, mais aussi celui de la punica fides, du portrait traditionnel du Carthaginois, fourbe et traître. Toutefois récits anciens et sources archéologiques corroborent étrangement et posent la question de la véracité de la pratique …

Le sacrifice humain 2

Chez les Romains, le sacrifice humain est un sujet tabou. D’après le discours officiel, cette pratique aurait été proscrite dès l’origine de l’Vrbs, et aussitôt remplacée par des formes moins violentes comme le sacrifice animal ou les offrandes de récoltes. On ressent ici clairement la volonté de se démarquer d’une pratique dite « barbare » et de montrer la capacité du peuple romain à évoluer en harmonie avec la volonté divine.

Le sacrifice humain 1

Le sacrifice humain a une place de choix parmi toutes les scènes de barbarie décrites par les Grecs et les Romains. Concernant les populations gauloises, il est étroitement lié à d’autres pratiques comme l’anthropophagie, le trophée ou encore la prise du crâne. Les historiens et les archéologues s’interrogent : le sacrifice humain n’est-il qu’un topos littéraire, une façon de brutaliser le portrait des Gaulois à une époque où leur intégration dans le monde romain fait débat ?

L’anthropophagie 3

Qu’est-ce qui n’a pas pu être inventé ? Cette question, tirée d’un manuel d’histoire de seconde, pourrait s’appliquer à nos précédents articles sur l’anthropophagie. Elle invite en effet à s’interroger sur la véracité des faits relatés, sur leur vraisemblance et sur les véritables objectifs de leurs auteurs. Sont à écarter par exemple les cas où le cannibalisme n’est qu’une solution de survie, les récits fantastiques ou encore les réquisitoires à l’encontre d’un groupe ou d’un individu.

La mémoire 1

Les ancêtres de la Rome républicaine ont un réel impact sur la communauté des vivants puisqu’ils incarnent un ensemble de valeurs et de modèles à imiter. La préservation de leur souvenir est donc au cœur des préoccupations. La mémoire romaine repose principalement sur des traces écrites et visuelles, comme par exemple les masques de cire ou les monuments funéraires. Ceux-ci sont pensés comme des remèdes permanents contre l’oubli, rappelant et commémorant les morts.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search